LE 17 FÉVRIER 1826 : L’ÉGLISE RECONNAIT QUE LA FONDATION D’EUGENE EST UN CHARISME DE DIEU

Eugène écrit de Rome pour annoncer la bonne nouvelle à Henri Tempier et aux Oblats en France :

Mon cher ami, mes chers frères, le 17 février 1826, hier au soir, le Souverain Pontife Léon XII a confirmé la décision de la congrégation des Cardinaux, et spécifiquement approuvé l’Institut, les Règles et les Constitutions des Missionnaires Oblats de la très sainte et immaculée Vierge Marie, en accompagnant cet acte solennel de sa puissance pontificale, des expressions les plus flatteuses pour ceux qui ont le bonheur de former cette Société dont le chef de l’Église attend le plus grand bien.
Tout le monde est étourdi du coup. Ceux mêmes qui ont été appelés à contribuer par leurs suffrages a l’exécution de la volonté très prononcée du Pape, sont étonnés de ce concours unanime de sentiments, mais surtout de l’imperturbable résolution du Saint-Père, que rien n’a pu ébranler de la première pensée que le Saint-Esprit lui inspira dès le premier jour que je me prosternai à ses pieds et lui présentai le plan de cette œuvre, que nous pouvons maintenant appe­ler divine. …

La conclusion que nous devons en tirer, mes chers amis et bons frères, c’est que nous devons travailler, avec une nouvelle ardeur et un dévouement plus absolu encore, à procurer à Dieu toute la gloire qui dépendra de nous, et aux pauvres âmes de notre prochain leur salut par toutes les voies que nous pourrons; c’est de nous attacher de cœur et d’âme à nos Règles, et de pratiquer avec [plus d’] exactitude ce qu’elles nous prescrivent…
… Au nom de Dieu, soyons saints.

Eugene de Mazenod, le 18 février 1826, E.O. VII, n. 226

Aujourd’hui:

Les Constitutions et Règles proposent à chaque Oblat les façons de marcher sur les traces de Jésus Christ. Elles s’inspirent du charisme vécu par le Fondateur et ses premiers compagnons; elles ont aussi reçu l’approbation officielle de l’Église. Elles permettent ainsi à chacun d’évaluer la qualité de sa réponse à l’appel reçu, et de devenir un saint.

CC&RR 163

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LE 17 FÉVRIER 1826 : L’ÉGLISE RECONNAIT QUE LA FONDATION D’EUGENE EST UN CHARISME DE DIEU

  1. Denyse Mostert dit :

    Ne devient pas fondateur d’un Institut dûment reconnu par les hautes autorités de l’Église qui veut ! Eugène de Mazenod a appris davantage encore à vivre la persévérance durant les divers épisodes qui ont conduit à la reconnaissance par Léon XII des Oblats de Marie Immaculée.

    26 novembre 1825. Dûment muni des lettres d’approbation de six évêques pour qui les Missionnaires ont déjà travaillé ainsi qu’une lettre de l’évêque de Nice où un projet d’établissement est en cours, Eugène de Mazenod arrive à Rome. Ce n’est que le 20 décembre qu’il obtient sa première audience chez le Pape. « Il parle à Léon XII avec tant de chaleur qu’il réussit en une demi-heure, à le convaincre qu’il faut approuver et non seulement louer ! » (*)

    Loin d’attendre passivement, il travaille dès lors à obtenir une simplification de l’habituelle et longue procédure qui peut durer plusieurs mois. Requête accordée, un nouveau problème surgit : trois des évêques d’abord favorables aux Missionnaires changent d’avis. Changement d’ailleurs sans effet autre que de retarder encore un peu plus la procédure puisque, « le 15 février 1826, les trois cardinaux mandatés à cette fin se prononcent à l’unanimité pour l’approbation des Constitutions … Pendant la longue attente, Eugène prie. Il aura ainsi « le loisir d’entendre neuf messes ». (*)

    « Le 17 février 1826, hier au soir, le Souverain Pontife Léon XII a confirmé la décision de la congrégation des Cardinaux, et spécifiquement approuvé l’Institut, les Règles et les Constitutions des Missionnaires Oblats de la très sainte et immaculée Vierge Marie », annonce-t-il dès le lendemain à ses confrères. (*)

    Quel chant de victoire et de reconnaissance que cette lettre aux Missionnaires de Provence reconnus sous le nom d’ Oblats de Marie Immaculée! Et quelle joie pour la Congrégation de se trouver sous le patronage désormais explicite de Marie ! « Un brevet pour le ciel! » affirme Eugène dans une lettre à Henri Tempier. (*)

    « Nous devons travailler, avec une nouvelle ardeur et un dévouement plus absolu encore, à procurer à Dieu toute la gloire qui dépendra de nous, et aux pauvres âmes de notre prochain leur salut par toutes les voies que nous pourrons. » commente le Fondateur.

    L’approbation officielle des Constitutions va en effet donner un élan nouveau aux Missionnaires de Marie Immaculée. Forts de cette consécration obtenue de haute lutte, on peut deviner avec quelle joie ils repartent à la rencontre de tant de personnes qui ont besoin d’Espérance …

    Règles, Constitutions : réalités mal aimées en 2012.. . Loin d’être contraignantes, elles sont pourtant le phare permettant « à chacun d’évaluer la qualité de sa réponse à l’appel reçu, et de devenir un saint ».

    Des Règles à saveur d’Évangile qui ne peuvent tromper ! Une famille Mazenodienne qui renouvelle ce 17 février son engagement heureux de travailler ensemble à « faire connaître et aimer Jésus Christ » !

    (*) Petite vie de Eugène de Mazenod /Cardinal Roger Etchegaray

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *