PAUSE

En raison des activités de la fin de l’année scolaire à Oblate School of Theology, et des vacances d’été, ce service sera suspendu jusqu’à 3 aout

Rappelons que toutes les 2225 entrées précédentes peuvent être consultées sur ce site: http://www.eugenedemazenod.net/fra/

En utilisant le moteur de recherche sur la page d’accueil, vous pouvez trouver des entrées portant sur des thèmes spécifiques.

Merci de votre soutien quotidien.

Frank Santucci OMI

Chaire Kusenberger d’études oblates
Oblate School of Theology, San Antonio, Texas

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

C’EST POURQUOI IL EST TRÈS IMPORTANT D’AMENER TOUT LE MONDE À TÉMOIGNER DE SA FIDÉLITÉ

Rappelant au père Guigues l’importance de certaines cérémonies dans les missions paroissiales, Eugène écrit sur à la dramatique des gestes qui conduisent au renouvellement des promesses du baptême, à la promesse d’obéir et de vivre selon les dix commandements.

Le renouvellement des promesses du baptême est de rigueur. Il faut donner une grande pompe à cette cérémonie. Nos usages sont d’exposer solennellement le saint-sacrement dans cette circonstance.

La nouvelle promulgation de la loi chez un peuple qui avait, en quelque sorte, renoncé aux divins préceptes et qui veut se replacer sous l’aimable joug du Seigneur doit être faite de façon à laisser de profondes impressions.

Le peuple se devait de participer activement à ces processions.

C’est pourquoi il est très important d’amener tout le monde à protester de sa fidélité, à haute voix, sous l’interpellation du missionnaire, répétant en chaire, avec le peuple, chaque commandement promulgué de l’autel par l’officiant à voix sonore et intelligible, puis le commentant. Cependant, si par quelque circonstance que je regarderais comme déplorable, l’on craignait de n’être pas en mesure pour entraîner le peuple à cette manifestation, on pourrait, à la rigueur, se contenter de faire répéter le commandement par le missionnaire en chaire, au nom du peuple.

Lettre à Bruno Guigues, le 5 novembre 1877, EO IX n 652

Voir:   http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=557

“Je prends aujourd’hui le ciel et la terre à témoins : je vous offre le choix entre la vie et la mort, entre la bénédiction et la malédiction.

Choisissez donc la vie, afin que vous viviez, vous et vos descendants.  Choisissez d’aimer l’Eternel votre Dieu, de lui obéir et de lui rester attachés, car c’est lui qui vous fait vivre et qui pourra vous accorder de passer de nombreux jours dans le pays que l’Eternel a promis par serment de donner à vos ancêtres Abraham, Isaac et Jacob.”

(Deutéronome 30:19-20)

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

CECI N’EST PAS UN SPECTACLE

Une des grandes cérémonies de chaque mission était la procession pénitentielle; elle était très spectaculaire afin de transmettre un message inoubliable propre à faire changer des vies.

Je le répète, il est de règle que le supérieur porte la croix à la procession de pénitence, après qu’il a fait une courte exhortation en chaire pour préparer les fidèles à cet acte public de réparation.

Ce n’est pas ici un spectacle, c’est un acte éminemment conforme à l’esprit de l’Église et parfaitement adapté à la circonstance.

Le supérieur vient prêcher la pénitence à un peuple égaré. Il lui fait espérer le pardon.

Mais il faut une expiation. Il prend sur lui les péchés du peuple, à l’imitation de J.-C. qu’il représente au milieu de lui…  il s’offre à Dieu comme une victime.

Lettre à Bruno Guigues, le 5 novembre 1877, EO IX n 652

L’Oblat a invité les gens à charger leurs péchés sur lui et à le voir les emporter – reproduisant le message de Jésus.

“Il a pris nos péchés sur lui et les a portés dans son corps, sur la croix, afin qu’étant morts pour le péché, nous menions une vie juste. Oui, c’est par ses blessures que vous avez été guéris. Car vous étiez comme des brebis errantes mais, à présent, vous êtes retournés vers le berger qui veille sur vous.” (1 Pierre 2: 24-25)

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

EUGÈNE DE MAZENOD 101

Le p. Bonga explique la matière du cours… (video)

Pour plus de détails:   https://moodle.ost.edu/course/index.php?categoryid=28

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

LES MOMENTS POIGNANTS DE LA PRÉDICATION DES MISSIONS

La mission principale de chaque communauté oblate était la prédication de missions en langue provençale. Depuis 1816, le format de ces missions n’a pas changé.

Il souligne les principaux moments de chaque mission. Chaque cérémonie devait être convaincante, saisissante, pour faire passer un message évangélique que l’on pourrait proclamer et faire accepter.

Ces signes et actions tangibles montrent la continuité entre l’approche et la prédication de Jésus poursuivies par ses disciples au cours des siècles.

Ce qui est prescrit dans la Règle, comme est par exemple:

 l’entrée des missionnaires dans le pays qu’ils vont évangéliser, ne peut être supprimé, même transitoirement, que par une autorisation expresse de ma part. La consécration à la sainte Vierge, le renouvellement des promesses du baptême, la promulgation de la loi, la procession du saint-sacrement, le service pour les morts et l’instruction après l’évangile de la grand-messe de requiem, ainsi que la procession et l’absoute au cimetière, la première procession appelée de pénitence, l’exercice préparatoire à l’acte de contrition et l’acte de contrition séparé pour les deux sexes, la communion générale, sont de rigueur pour toutes nos missions

Lettre à Bruno Guigues, le 5 novembre 1877, EO IX n 652

« Car si j’ose parler, c’est seulement de ce que Christ a accompli par mon moyen pour amener les non-Juifs à obéir à Dieu. Il l’a fait par mes paroles et mes actes, par sa puissance qui s’est manifestée dans les miracles et les prodiges, par la puissance de l’Esprit de Dieu… J’ai agi selon cette parole de l’Ecriture : Ceux à qui l’on n’avait rien dit de lui le verront, et ceux qui n’avaient pas entendu parler de lui comprendront. » (Romains 15: 18-21)

J’ai traité de cela en détail dans des références antérieures :

De  http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=636  à   http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=754

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

OH COMBIEN JE BÉNIS DIEU DE SAVOIR PARLER LA LANGUE DE CEUX QUE J’AI LE DEVOIR D’INSTRUIRE, ET QUI M’ÉCOUTENT, PARCE QU’ILS ME COMPRENNENT

La Vieille Charité, Marseille

Confirmation à l’hospice de la Charité. Grand nombre d’enfants m’ont été présentés pour recevoir ce sacrement

Toujours près du peuple, surtout auprès des pauvres dans diverses institutions de Marseille, Eugène raconte qu’il prêchait en langue provençale pendant une heure et demie!

J’aurais cessé plus tôt de parler si je m’étais aperçu que l’attention des auditeurs se ralentît, mais grands et petits aspiraient pour ainsi dire mes paroles, c’est pourquoi j’allais toujours. C’est ce qui m’est arrivé dans toute ma tournée. Oh! combien je bénis Dieu de savoir parler la langue de ceux que j’ai le devoir d’instruire, et qui m’écoutent, parce qu’ils me comprennent. Je ne changerais pas de système pour tout l’or du monde; ma conviction n’a pas besoin du témoignage que je recueille tous les jours de l’excellence de cette méthode.
Journal d’Eugène de Mazenod, le 26 septembre 1837, EO XVIII

“Aussi, quand Jésus descendit du bateau, il vit une foule nombreuse. Il fut pris de compassion pour eux parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger ; alors il se mit à enseigner longuement.” (Marc 6:34)

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

NOS OBLATS DÉCÉDÉS : ‘ON VEUT TÉMOIGNER COMBIEN EST ENCORE VIVANT LE SOUVENIR DE LEURS VERTUS

Eugène rappelle la mort d’un Oblat missionnaire de 28 ans des suites de la typhoïde.

Nous venons de faire le service anniversaire de notre Père Pons;… Ici l’on sentait ce que l’on faisait, et il était facile de reconnaître que le cœur était à la chose. C’est ainsi que l’on doit prier, c’est ainsi surtout qu’on doit le faire pour des frères que l’on a tant de sujets de regretter, et auxquels on veut témoigner combien est encore vivant le souvenir de leurs vertus dans la congrégation qu’ils ont tant édifiée et si bien servie pendant leur trop courte vie.

Ce cher père Pons n’avait que 28 ans quand il nous a été ravi, ou pour mieux dire quand Dieu l’a appelé à lui. Quel bien n’avait-il pas déjà fait en si peu d’années.

Journal d’Eugène de Mazenod, le 18 septembre 1837, EO XVIII

« Souvenez-vous de vos anciens conducteurs qui vous ont annoncé la Parole de Dieu. Considérez l’aboutissement de toute leur vie[a] et imitez leur foi. Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Ne vous laissez pas entraîner par toutes sortes de doctrines qui sont étrangères à notre foi. »   (Hébreux 13:7-9 )

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

JE M’ÉTENDAIS AFFECTUEUSEMENT SUR L’IMMENSE BONTÉ DE DIEU ET DE NOTRE SEIGNEUR POUR NOUS

En réfléchissant sur les enfants des paroisses rurales où l’évêque Eugène administrait le sacrement de confirmation, il s’exclamait :

Cependant, d’où vient que quand je leur parle dans le sens que je prétends qu’on devrait leur parler toujours, ces enfants sont d’une attention extraordinaire, d’où vient qu’aujourd’hui encore j’en ai vu pleurer comme plusieurs grandes personnes qui assistaient à la cérémonie?

Je n’employais pourtant pas des paroles de terreur, au contraire je m’étendais affectueusement sur l’immense bonté de Dieu et de notre Seigneur pour nous, je la faisais surtout ressortir dans le sacrement de l’eucharistie.

Un exemple clair de comment ‘être’ pour mieux ‘faire’, Eugène partage avec eux l’amour de Dieu qu’il a lui-même expérimenté dans sa vie personnelle.

Ces enfants me comprenaient parfaitement, on voyait qu’ils entraient dans les sentiments que j’exprimais avec l’onction que Dieu communiquait sensiblement à mon âme. Aussi j’avoue que je savoure moi-même ces sortes d’instructions, que je les fais toujours avec une indicible consolation, qu’elles me font autant de bien qu’à ceux qui m’écoutent.

Journal d’Eugène de Mazenod, le 13 septembre 1837, EO XVIII

L’essence même de toute notre mission est de communiquer ce que nous vivons dans notre relation à Dieu.

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

ON LEUR APPREND SÈCHEMENT LA LETTRE DU CATÉCHISME… MAIS L’ON NE S’APPLIQUE PAS À FAIRE RESSORTIR LA BONTÉ DE DIEU, L’AMOUR INFINI DE NOTRE SEIGNEUR JÉSUS-CHRIST

Lors d’une visite de confirmation dans diverses paroisses, l’évêque Eugène commente ce qu’apprennent les enfants.

Visite aux Caillols où se sont rendues les paroisses de St-Julien, des Camoins, de Château-Gombert …

J’ai été fort content de l’attention que les enfants ont apportée à mon instruction qui était précisément puisée dans l’indifférence ou pour mieux dire l’insouciance qu’eux, comme tous les autres enfants, mettent aux choses surnaturelles. Ah! que l’on doit mal les instruire! Il n’est que trop sûr que personne ne se met en peine d’exciter dans leurs âmes des sentiments dont ils sont pourtant susceptibles. On leur apprend sèchement la lettre du catéchisme, que l’on explique tant bien que mal, mais l’on ne s’applique pas à faire ressortir la bonté de Dieu, l’amour infini de notre Seigneur Jésus-Christ pour les hommes, on ne façonne pas leur cœur.

Journal d’Eugène de Mazenod, le 13 septembre 1837, EO XVIII

Sans jamais diluer l’enseignement religieux et les questions morales, Eugène a toujours essayé de communiquer son amour brûlant pour Dieu en réponse à l’amour qu’il a expérimenté en personne de Jésus notre-Sauveur.

C’est un important rappel pour nous qui enseignons la foi comme parents, catéchètes ou formateurs de prêtres : tout est dans la bonté de Dieu et dans l’amour infini de Jésus-Christ, avec tous les engagements et toutes les responsabilités que cette relation comporte lorsque nous l’exprimons.

Publié dans Uncategorized | Un commentaire

IL FAUDRA VOUS Y FAIRE TOUT À TOUS, COMME LE DIVIN MAÎTRE QUE NOUS SERVONS ET LES SAINTS APÔTRES SUR LES TRACES DESQUELS NOUS MARCHONS

Eugène, en tant que supérieur général, donna au P. Hermitte comme nouvel ordre de mission de servir les personnes ayant des besoins spirituels.

Je vous mande de partir à N.-D. du Laus pour que vous vous rendiez utile dans ce sanctuaire où tant d’âmes nécessiteuses accourent pour y trouver le soulagement à leurs maux. Il faudra donc y confesser et les pèlerins et ceux des habitants qui pourraient s’adresser à vous.

Eugène lui rappelle que le modèle de mission pour chaque Oblat est de : suivre les traces des apôtres au service du Seigneur.

Il faudra vous y faire tout à tous, comme le divin Maître que nous servons et les saints Apôtres sur les traces desquels nous marchons. Partez donc, mon cher fils, dans la disposition de suppléer par le zèle au petit nombre d’ouvriers.

Le Sauveur n’abandonne jamais ses serviteurs:

Le Seigneur, dont nous faisons l’œuvre, pourvoira à nos besoins, si nous sommes des serviteurs fidèles nous acquittant bien de la belle mission qu’il nous a donnée par une grâce de prédilection.

Lettre à Jean Hermitte, le 25 août 1837, EO IX n 636

Aujourd’hui, nous, famille Mazenodienne, sommes invités à suivre cette même vision dans notre vie de tous les jours.

Publié dans Uncategorized | Un commentaire