CHANGEZ LE MONDE

Le modèle de groupe auquel Eugène revient sans cesse était celui des apôtres et des premiers Chrétiens:

ART. 4. Ils se souviendront qu’ils sont appelés à perpétuer les exemples que les premiers chrétiens donnèrent au monde dès la naissance du christianisme et ils fermeront comme eux les oreilles à tous les prestiges que le monde séducteur mettra en œuvre pour les perdre.

Statuts, Chapitre XII §1

C’était là le modèle proche du cœur d’Eugène et selon lequel il invitait sans cesse les autres à vivre:

Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. Actes 2:42

 

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens réfléchis, engagés, peut changer le monde. En fait, c’est la seule chose qui ait jamais pu le faire. »

Margaret Mead – anthropologue (1901-1978)

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à CHANGEZ LE MONDE

  1. Denyse Mostert dit :

    Aux jeunes destinés à devenir ‘levain dans la pâte’ Eugène de Mazenod offre un viatique très concret. Ils « sont appelés [lit-on dans les Statuts de la Congrégation] à perpétuer les exemples que les premiers chrétiens donnèrent au monde ».

    Qui sont-ils ces hommes et ces femmes sinon des gens ordinaires, tellement saisis par la Bonne Nouvelle du Salut que leur vie est désormais consacrée à témoigner du message d’amour laissé au monde par Jésus de Nazareth ? Comment ont-ils réussi à traverser tant d’épreuves, à proclamer envers et contre tout un message bien souvent malvenu ? Comment même certains d’entre eux ont-ils pu aller jusqu’au sacrifice de leur vie ?

    Deux petites lignes des Actes des Apôtres viennent répondre à ces questions. En des mots tout simples ils sont porteurs d’un message ecclésial, pour tous les temps.

    « Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières. » (Ac 2 :42)

    En fait, tout ne repose-t-il pas sur « cette communion fraternelle » à laquelle chacun de nous aspire vraiment ? Être ensemble pour demeurer attentifs aux besoins des autres, ensemble pour nous soutenir mutuellement dans nos moments de faiblesse…Ensemble pour comprendre et vivre vraiment toute la richesse de la Parole de Dieu et la beauté de ce pain partagé qui nous envoie dire au monde que rien n’est perdu de notre Espérance.

    Ne s’agit-il d’ailleurs pas là du vœu de Jésus lors de l’ultime repas ? « Qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » (Jn 17 : 22,23)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *