L’IDENTITÉ DE LA FAMILLE MAZENODIENNE : L’OBLATION VUE COMME L’ESPRIT QUI LA DISTINGUE DES AUTRES GROUPES

Quel est l’esprit qui est spécifique de notre existence ? Eugène le définit comme étant celui de l’oblation.

Notre Seigneur Jésus-Christ nous a laissé le soin de continuer le grand œuvre de la rédemption des hommes…
Cet esprit de dévouement total pour la gloire de Dieu, le service de l’Église et le salut des âmes, est l’esprit propre de notre Congrégation, petite, il est vrai, mais qui sera toujours puissante tant qu’elle sera sainte.
Il faut que nos novices se remplissent bien de ces pensées, qu’ils les approfondissent, qu’ils les méditent souvent.

Lettre à Henri Tempier, le 22 août 1817, E.O. VI n. 21

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’IDENTITÉ DE LA FAMILLE MAZENODIENNE : L’OBLATION VUE COMME L’ESPRIT QUI LA DISTINGUE DES AUTRES GROUPES

  1. Denyse Mostert dit :

    Lors des ordinations, la vue de ces hommes jeunes, étendus sur le sol, face contre terre signifiant ainsi le don total de leur vie à Dieu, m’a toujours impressionnée. Aux voeux religieux de pauvreté, chasteté et obéissance, Eugène de Mazenod a jugé bon d’ajouter celui de persévérance. Ne voilà-t-il pas là un état à la fois bien édifiant et bien éloigné du mode de vie de ceux-là qui sont demeurés ‘’dans le monde’’ ?

    Et pourtant… Tous ne sont-ils pas également conviés à continuer le grand œuvre de la Rédemption ? L’Esprit dont Eugène dit qu’il « distingue » ses missionnaires « des autres groupes » n’est-il pas le même qui singularise la vie de tant de ‘’simples laïcs’’ modelés par leur foi?

    En fait, à tout le Peuple de Dieu il est aussi demandé une adhésion totale à Jésus Christ, dans le même «esprit de dévouement » qui animait Eugène et ses Missionnaires.

    Et il est bon de croire avec notre Fondateur que la famille mazenodienne « sera toujours puissante tant qu’elle sera sainte ».

    En guise de NB : se rappeler que cette sainteté se tisse au milieu de nos tâtonnements humains… Et croire avec l’astronaute Neil Armstrong « qu’un petit pas pour l’homme [est] un bond de géant pour l’humanité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *