AUJOURD’HUI : VIVRE AVEC JESUS LE SAUVEUR CRUCIFIE DANS UNE JOIE SURNATURELLE

J’ai initialement publié ce qui suit en juillet 2016 et je pense qu’il a quelque chose à nous dire aujourd’hui. Il a été écrit par Enzo Teodori, décédé trois mois après. Il fait référence à la réflexion du père Jetté que j’ai utilisée dans l’entrée de vendredi de « St Eugene Nous Parle »(http://www.eugenedemazenod.net/fra/?p=3657). Ici ce que j’ai écrit alors.

J’ai reçu  cette réflexion d’un des laïcs associés aux Oblats qui est vraiment très gravement malade, en Italie. Dans cette réflexion profonde et émouvante, il partage sa compréhension vitale de la vision du Vendredi Saint de Saint Eugène, qui est notre héritage en tant que membres de la famille Mazenodienne – c’est le sens de l’oblation :

« Un petit écho à la réflexion magistrale du P. Jetté que tu as rapporté dans ‘Eugène de Mazenod nous parle’ aujourd’hui.

L’union avec Jésus, le Sauveur crucifié donne une joie surnaturelle qui inspire un fort désir de rendre les autres heureux et de se mettre à leur service.

A cause de ma maladie, je suis contraint de rester à la maison pendant de nombreuses heures. J’ai donc pensé à envoyer à mes plus proches connaissances, par WhatsApp, le Mot du jour, avec un petit commentaire, pour donner à des personnes occupées un petit moment quotidien de ‘récréation’. J’ai commencé avec le ‘groupe’ des parents et beaux-parents, et maintenant, environ 80 personnes le reçoivent, et renvoient des réactions très édifiantes. Une autre expérience toute simple : bien que je sois incapable de manger, j’essaie de cuisiner de bonnes choses pour ma femme et mon enfant.

Ce sont deux expériences toute simples, deux expressions de la joie surnaturelle dont je fais l’expérience dans mon union avec Jésus le Sauveur crucifié. Paradoxalement c’est une joie qui est nourrie par la douleur : plus forte est la douleur physique, mais surtout la douleur morale, plus intense est la joie et plus fort est le désir de rendre les autres heureux.

Quelle est la clé de l’union avec le Sauveur crucifié ? La maladie a fait tomber mon monde, mes désirs, mes plans ; tout est perdu et la vision de la Providence qui était relié à tout cela a laissé place à une image d’abandon. En contemplant et en méditant sur Jésus crucifié, j’ai réalisé que son acte l’a conduit à la résurrection : il a remis son esprit au Père de manière inconditionnelle. Dans cet acte, même humainement, il prend sur lui la volonté du Père. Son grand désir d’être reconnu comme Sauveur, qui était la raison de son incarnation, désir reconnu par le Père, échoue sur la croix. Dans une perspective humaine, dans la compréhension humaine de la volonté de Dieu,  il a échoué. En faisant confiance au milieu de l’échec, dans un sentiment d’abandon (mais qu’en est-il de ma mission… n’étions nous pas d’accord, toi et moi, mon Père ?!), Jésus, humainement, a embrassé la perspective de Dieu. Et c’est la résurrection et là est la joie parfaite, et là il est possible de surmonter les limites du désir humain, même le plus saint, comme l’est celui de prendre effectivement soin de sa famille.

La maladie, c’est vivre l’abandon et l’échec en permanence, la dégradation au fil du temps. La confiance doit être renouvelé tous les jours et plusieurs fois par jour. La grâce qui vient de l’abandon inconditionnel fait sens, même si tu ne comprends pas, comme une Providence en action. Elle te fait comprendre, même si tu ne vois pas comment, que le Père met en œuvre un plan d’amour dans ton âme, dans ton corps, dans ton histoire.

Plus la douleur est intense , plus l’Esprit te convainc que Dieu est en train de construire, de dessiner une œuvre magistrale. Quand la douleur est relativement légère, cela te fait penser que Dieu travaille sur un croquis, un brouillon ; quand la douleur est très forte cela te fait penser que Dieu dessine la chapelle Sixtine dans ta vie. Et les grandes œuvres, comme tu sais, demandent des heures et des heures de dur travail…

Je pense donc que le P. Jetté a exprimé de manière très habile que l’union avec le Sauveur crucifié, qui donne une joie surnaturelle, inspire un fort désir de rendre les autres heureux et de se mettre à leur service ».

Quelle grâce de lire ceci et le partager! Que chaque lecteur de cette réflexion se joigne en gratitude pour ce fils de saint Eugène et sa jeune famille. Qu’il repose en paix et intercède pour nous dans notre temps de besoin.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *