ENTRAÎNÉ PAR LE CHARISME OBLAT

Eugène se souvient de la deuxième mission prêchée par les Oblats à Fuveau en septembre 1816 (voir https://www.omiworld.org/fr/lemma/suzanne-marius-fr/) à laquelle assistait le jeune Marius Suzanne. Il a immédiatement compris le charisme des Oblats et a voulu y participer de toutes les manières possibles.

Celui-ci fut une des prémices de nos missions. Il s’attacha à nous pendant celle que nous donnions à Fuveau, lieu d’habitation de sa famille, car il était né à Aix. Ceux qui écriront sa vie diront qu’il fit en quelque sorte son apprentissage pendant cette mission. Le zèle que ce cher enfant, alors âgé de 16 ou 17 ans, mettait à chercher les pécheurs qui avaient le plus de besoin de notre ministère, son assiduité à tous nos exercices, son empressement à se rapprocher de nous auxquels il aurait voulu alléger le travail vraiment excessif qu’il nous voyait faire, lui valurent sans doute la grâce de sa vocation.
Je le confessai dès lors et, depuis, sa confiance égala la tendresse qu’il m’inspira; ni l’une ni l’autre ne se sont démenties. Cependant il ne me parla point alors du projet que le Seigneur lui inspirait, et moi je ne lui dis rien du désir que j’avais qu’il s’associât à notre oeuvre. Le moment ne tarda pas d’arriver, où son attrait lui fit désirer de venir habiter notre maison; nous n’avions alors que celle d’Aix. Il y passa quelque temps sans rien dire encore de ses vues ultérieures.
Enfin, le jour que nous passâmes pour la mission du Puget  près Fréjus, il m’ouvrit son coeur et, en se jetant à mon cou, il me dit: Je suis à vous pour toujours.
Qui m’eût dit alors que j’étais destiné à lui fermer les yeux! Il n’avait, je crois, que dix-huit ans! Il a passé quinze ans dans la congrégation, nos Annales diront s’il les a bien employées! Que sa mémoire soit éternellement en bénédiction parmi nous, car il a grandement bien mérité de l’Eglise et la congrégation. Et sa mort dans notre sein a été celle du juste.

Journal d’Eugène de Mazenod, 31 janvier 1837, EO XVIII

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à ENTRAÎNÉ PAR LE CHARISME OBLAT

  1. Denyse Mostert dit :

    Journal d’Eugène de Mazenod, 31 janvier 1837

    Souvenir heureux que cette deuxième mission des Oblats à Fuveau en 1816 où assistait le jeune Marius Suzanne.

    Le tableau tracé par Eugène de Mazenod se passe de commentaires. « Le zèle que ce cher enfant, alors âgé de 16 ou 17 ans, mettait à chercher les pécheurs qui avaient le plus de besoin de notre ministère, son assiduité à tous nos exercices, son empressement à se rapprocher de nous… » tout ceci en fait ne peut-il laisser entrevoir une vocation en train de se dessiner? Le P. Marius gardait toutefois les deux pieds sur terre. Toujours proche des Oblats et témoin de leur travail excessif, il faisait ce qui était en son pouvoir pour les soulager. « Il s’attacha à nous pendant la mission à Fuveau, lieu d’habitation de sa famille, car il était né à Aix. » se souvient encore Eugène. Ceux qui écriront sa vie diront qu’il fit en quelque sorte son apprentissage pendant cette mission.

    Devenu son confesseur, Eugène reconnaît que la confiance de Mario n’avait d’égale que sa tendresse à lui. Sentiments qui ne se démentiront jamais ainsi que la grande discrétion du jeune homme qui attendra qu’il fut question de la mission du Puget près de Fréjus avant de confier ce qui lui tenait tant à coeur. « Il m’ouvrit son coeur et, en se jetant à mon cou, il me dit: Je suis à vous pour toujours. »

    Ceci ne pouvait que ramener le souvenir de la mort prématurée de ce jeune prêtre. « Il n’avait, je crois, que dix-huit ans! Il a passé quinze ans dans la congrégation… » dira encore Eugène. Une merveille de Dieu à laquelle il faut une fois encore rendre grâce et accepter, douloureusement mais en vérité la Volonté de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *