LA SOLLICITUDE QUI VOUS PRESSE POUR VOS MALHEUREUSES OUAILLES, ABANDONNÉES DEPUIS SI LONGTEMPS

Vers le milieu de 1834, il y avait environ 36 Oblats dans 5 communautés: Aix-en-Provence, Marseille, Laus, L’Osier en France et Billens en Suisse.

À cette époque, Casanelli d’Istria, nouvel évêque d’Ajaccio (Corse), rendit visite à des amis à Aix-en-Provence et rencontra Eugène. Expliquant l’état d’abandon de l’Église en Corse: «des paroisses pauvres, un clergé nombreux mais en général sans formation, des fidèles ignorants, des conflits entre familles et clans», il demande l’aide des Oblats. Les gens de Corse étaient vraiment abandonnés et attendaient une relation personnelle avec Jésus-Christ Sauveur. Eugène répondit à ce besoin.

Je ne me dédis point de l’engagement que j’ai pris avec vous de vous seconder de tout mon pouvoir dans la grande mission que vous avez à remplir dans le diocèse que la divine Providence vient de confier à vos soins.

Lettre à Mgr Casanelli d’Istria, 19 septembre 1834, EO XIII n 83

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to LA SOLLICITUDE QUI VOUS PRESSE POUR VOS MALHEUREUSES OUAILLES, ABANDONNÉES DEPUIS SI LONGTEMPS

  1. Denyse Mostert says:

    Le zèle d’Eugène dépasse les frontières de son diocèse.

    Le 19 septembre 1834, il rappelle à Mgr Casanelli d’Istria, qu’il peut compter sur lui la « dans la grande mission que la divine Providence vient de (lui) confier dans le diocèse d’Istria. Tout comme si les « 36 Oblats répartis en 5 communautés manquaient d’ouvrage ! On pourrait supposer que le fondateur s’engage à la légère si on ignorait la diligence avec laquelle il dirige la Congrégation. Reconnaissant dans la mission de Corse une nécessité des plus urgentes, il est sûr de l’assentiment des Oblats tout en sachant que l’aide apportée sera précieuse pour l’évêque débordé.

    Me semble-t-il que, chez Eugène et ses religieux, Confiance et Persévérance sont toujours présentes lorsqu’il s’agit de décisions importantes à prendre et deviennent ainsi la trame sur laquelle bâtir notre vie de chrétiens. Ne sont-ce pas elles d’ailleurs qui ont conduit notre Fondateur à l’Auréole ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *