NOS FONDEMENTS, NOTRE VISION AUJOURD’HUI : COMMUNION ET COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE

Par amour de l’Église, les Oblats accomplissent leur mission en communion avec les pasteurs que le Seigneur a placés à la tête de son peuple; ils acceptent loyalement, avec une foi éclairée, l’enseignement et les orientations des successeurs de Pierre et des Apôtres.

CC&RR, Constitution 6

Le Père Fernand Jetté a été le Supérieur Général pendant la longue période de discernement, de préparation et de dialogue, qui a conduit à la production des Règles de vie Oblates qui nous guident aujourd’hui. Il a été une figure influente dans sa production (préparation). Par le fait même, ses commentaires nous aident à mieux comprendre l’esprit de ces règles. Il écrit :

Eugène de Mazenod a souffert pour l’Église et le Pape; il a accepté de souffrir également par l’Église et par le Pape. En même temps, il s’est montré d’une fidélité indéfectible et à l’Église et au Pape.

Certains ont pu voir en son attachement à l’Église romaine et au Pape une réaction anti gallicane, une attitude ultramontaine. Il y avait surtout une attitude de foi, et il nous a demandé d’avoir la même attitude. Être capable d’accueillir l’enseignement de l’Église avec une disposition d’ouverture, de confiance, de réceptivité. Ce qui ne veut pas dire une attitude simpliste et jamais de remarques ou de suggestions, mais un attachement viril et une foi profonde, éclairée, et s’il devait y avoir des critiques, qu’elles soient vraiment positives, comme celles d’un enfant de la famille…

F. Jetté OMI, O.M.I. Homme Apostolique, p. 66

 

french

“On ne mesure pas la valeur d’un homme dans ses moments de confort et de bien-être mais parce qu’il se tient debout dans les temps de défi et de controverse.”

Martin Luther King, Jr.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à NOS FONDEMENTS, NOTRE VISION AUJOURD’HUI : COMMUNION ET COLLABORATION AVEC L’ÉGLISE

  1. Denyse Mostert dit :

    Eugène de Mazenod, homme d’Église, Eugène de Mazenod, homme de loyauté totale.

    Quoi de plus parlant (1832-35) que la triste histoire d’Icosie ? « Le nœud de la question reste la nomination à l’épiscopat sans autorisation préalable du gouvernement. (…) Irrité, le Gouvernement menace d’appliquer immédiatement le décret napoléonien de 1808. Devant les remontrances du Saint-Siège, à la fin de 1833, le Gouvernement cherche d’abord à obtenir de l’évêque d’Icosie qu’il se retire à Aix, puis persiste dans ses menaces, comme il persiste dans sa décision de supprimer le diocèse et dans d’autres initiatives antireligieuses. Enfin, en septembre 1834, il prive de fait Mgr de Mazenod de la citoyenneté française et donc de tous les droits qui lui sont rattachés.» (*)

    Eugène de Mazenod, le prêtre des pauvres, privé de sa citoyenneté ! Inimaginable! Que dire de sa réaction lorsque tombe le couperet ! Il fallait s’y attendre : il intente alors un procès que, d’après des avis compétents, il a toutes les chances de gagner…
    Mais voilà que « Rome désapprouve ce recours en justice. Dès qu’il connaît la pensée du Saint-Père, en novembre 1834, Mgr de Mazenod annonce au ministre des Cultes que, par égard pour le désir du Pape et dans l’intérêt de la paix, il se désiste de son appel, prêt à subir les conséquences du décret impérial. Il se retire au noviciat de Notre-Dame de l’Osier en attendant d’être expulsé de France à n’importe quel moment… » (*)

    Quelle loyauté envers Rome ! Les « vertus héroïques » d’Eugène ne sont certes pas surfaites. Vécues de nos jours, elles me paraîtraient démesurées voire même impossibles tant pour les Oblats que pour les Associés s’il n’y avait les mots du P. Fernand Jetté, o.m.i. : «Être capable d’accueillir l’enseignement de l’Église avec une disposition d’ouverture, de confiance, de réceptivité. Ce qui ne veut pas dire une attitude simpliste et jamais de remarques ou de suggestions, mais un attachement viril et une foi profonde, éclairée, et s’il devait y avoir des critiques, qu’elles soient vraiment positives, comme celles d’un enfant de la famille… »

    Sans pour autant être toujours facile, l’obéissance éclairée peut devenir source d’élan pour la mission commune qui nous est confiée.

    (*) http://www.omiworld.org/fr/dictionary/dictionnaire-historique_vol-1_i/245/icosie-v-que-d/Icosie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *