NOS FONDEMENTS, NOTRE VISION AUJOURD’HUI : LA COMMUNION AVEC LE SUCCESSEUR DE PIERRE

Par amour de l’Église, les Oblats accomplissent leur mission en communion avec les pasteurs que le Seigneur a placés à la tête de son peuple; ils acceptent loyalement, avec une foi éclairée, l’enseignement et les orientations des successeurs de Pierre et des Apôtres.

CC&RR, Constitution 6

D’où viennent la compréhension et la relation d’Eugène avec le Pape? Quand Eugène arriva à Paris en 1808 pour entamer sa préparation à la prêtrise, il se trouva plongé dans un monde de conflits entre Napoléon, l’Église et le Pape. Napoléon avait occupé Rome et l’année suivante arrêté le Pape qu’il avait emprisonné à Savone. Il avait aussi ramené les Cardinaux de la Curie Romaine à Paris. Le séminaire de Saint-Sulpice était un des endroits secrets qui aidaient ces derniers  dans leur opposition à Napoléon et comme Eugène parlait l’italien avec facilité, il servait les cardinaux italiens de bien des manières, particulièrement en traduisant et en faisant circuler l’information. Quelques années plus tard, il se souvient :

Encore diacre et jeune prêtre ensuite, il m’a été donné, malgré la surveillance la plus active d’une police ombrageuse, de me consacrer dans des rapports, quotidiens au service des cardinaux romains, alors amenés à Paris, et persécutés bientôt après pour cause de fidélité au Saint-Siège. Les dangers auxquels je m’exposais sans cesse étaient compensés dans mon âme par le bonheur d’être utile à ces illustres exilés, et de m’inspirer de plus en plus de leur esprit.

Lettre au Cardinal Gousset, 21 juillet 1852, cité par Rey, II, 423.

En juin 1812, le Pape, malade, dut supporter un dur et pénible voyage à travers les Alpes pour se rendre à Paris. Il ne fut relâché qu’en 1814, mettant fin ainsi à plus de 6 ans de confinement. Eugène ressentit, comme témoin privilégié, toute cette persécution envers l’Église et cela modela sa vie future; de là provient son fier combat pour l’Église et le Souverain Pontife.

Avec les yeux du Sauveur Crucifié, il put voir les souffrances du Pape et il écrivit :

«Ainsi, le disciple n’est pas au-dessus de son maître (Luc 6 :40) et le vicaire de notre Divin Sauveur doit ressembler à celui qu’il représente.»

Lettre pastorale, 9 juin 1846.

DeMazenod_200th_banner French

«Une Église qui ne souffre d’aucune persécution mais qui jouit des privilèges et du support des choses de cette terre – Prenez Garde ! – n’est pas la véritable église de Jésus-Christ.»   Bienheureux Oscar-Romero

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à NOS FONDEMENTS, NOTRE VISION AUJOURD’HUI : LA COMMUNION AVEC LE SUCCESSEUR DE PIERRE

  1. Denyse Mostert dit :

    En 1808, rien ne va plus pour l’Église de France. Napoléon a occupé Rome et l’année suivante, emprisonne Pie VII à Savone et les Cardinaux de la Curie Romaine sont assignés à Paris… « En juin 1812, le Pape, malade, dut supporter un dur et pénible voyage à travers les Alpes pour se rendre à Paris. Il ne fut relâché qu’en 1814, mettant fin ainsi à plus de 6 ans de confinement. »

    Le Séminaire Saint-Sulpice, où Eugène de Mazenod se prépare à la prêtrise, va devenir le lieu secret d’aide aux exilés. Il va sans dire que le jeune homme y prendra une part très active. Et nous savons que le prêtre sera indéfectiblement « un homme d’Église »

    Cette fidélité, il l’a reçue à travers une vie mouvementée, l’influence d’un Don Bartolo Zinelli, d’une princesse Cannizzaro et d’un père qui a mené au mieux, et à travers bien de difficultés, la barque familiale. Eugène a surtout reçu son attachement à l’Église à travers une vision claire du disciple de Jésus Christ. «Ainsi, le disciple n’est pas au-dessus de son maître. » (Luc 6 :40)

    Fini le temps des persécutions napoléoniennes. Le portrait de notre Église de 2016 n’en est pas pour autant plus radieux. On pourrait gémir de longues heures sur tous les désastres qui l’assaillent…

    Il nous faut un saint Eugène pour nous rappeler que Dieu a besoin de nos fidélités,
    que nous recevons de lui toutes les forces nécessaires et que notre désir d’aimer comme le Christ Sauveur sera toujours plus fort que tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *