AU SERVICE D’UNE ÉGLISE PERSÉCUTÉE ET ABANDONNÉE

Pourqoi Eugène est-il devenu prêtre?

La seconde motivation est qu’à travers les yeux du Sauveur Crucifié, il fut capable de comprendre la souffrance de l’Église en France, elle qui fut presque détruite par la Révolution, et qui est  maintenant persécutée par Napoléon.  Cela lui donna une forte impulsion de répondre avec le don de sa vie comme prêtre. Ainsi qu’il l’écrivit à son père:

Je me suis dévoué au service de l’Église parce qu’elle était persécutée, parce qu’elle était abandonnée…
parce que, nous voyant marcher à grands pas vers un schisme que je croyais inévitable, je craignais qu’il se rencontrât peu d’âmes généreuses qui sussent sacrifier leurs aises et leur vie même pour conserver l’intégrité de la foi, et qu’il me semblait que Dieu me donnerait assez de forces pour oser braver tous les dangers.
J’étais tellement persuadé que nous ne tarderions pas d’éprouver une cruelle persécution, qu’en partant pour le séminaire de Paris, je mis dans ma malle des habille¬ments laïques complets dans l’idée que je serais obligé de m’en servir étant prêtre.

                                                            Lettre à son père, le 7 décembre 1814, EO XV n. 129

À sa mère, il répéta la même motivation pour sa prêtrise:

N’enviez donc pas, ma chère bonne maman, n’enviez pas à cette pauvre Église, si horriblement délaissée, méprisée, foulée aux pieds, et qui pourtant nous a tous enfantés à J[ésus]-Christ], l’hommage que deux ou trois individus dans toute la France (du petit nombre desquels je m’estime si heureux d’être) veulent lui faire de leur liberté et de leur vie. Et pourquoi voudriez-vous que je tardasse davantage à m’engager, à me dévouer à l’Épouse de J[ésus]-C[hrist] ?

Lettre  à sa mère, le 11 octobre 1809, EO XIV n.61

Aujourd’hui, nous continuons à expérimenter une Église ouvertement persécutée et abandonnée dans plusieurs parties du monde. Et dans notre propre pays et son environnement  – où est l’Église ouvertement et subtilement persécutée et abandonnée? Et ma réaction? Que puis-je apprendre d’Eugène?

DeMazenod_200th_banner French

“L’Église doit se rappeler qu’elle n’est pas la maîtresse, ou la servante de l’État, mais plutôt  la conscience de l’État.”   Martin Luther King, Jr

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to AU SERVICE D’UNE ÉGLISE PERSÉCUTÉE ET ABANDONNÉE

  1. Denyse Mostert says:

    Depuis toujours, il fallait aux hommes Quelqu`un de plus grand qu`eux. Pour justifier leur existence, et qu`ils devaient croître et grandir. Ensemble. Ils l`ont découvert ce Dieu unique et, pour être certains de le mieux garder, ils l`ont érigé en système avec ses repaires et ses traditions.

    C’est l’Église que nous connaissons avec ses tourments et ses témoins fidèles dans lesquels vit l`amour de Jésus. Eugène en fût un. Il écrivait à M. de Mazenod : – Je me suis dévoué au service de l’Église parce qu’elle était persécutée, parce qu’elle était abandonnée… Et à sa mère il parle de : – cette pauvre Église, si horriblement délaissée, méprisée, foulée aux pieds.

    Eugène, on le sait, ne s’est pas contenté de gémir. Il est allé de l’avant, en donnant tout ce qu’il avait c’est-à-dire lui-même. Au prix de mille et un renoncements que les siens ont d’ailleurs dû partager. Il est devenu le serviteur d’une Église souffrante. En vivant l’amour vrai.

    Je suis aussi appelée à vivre les mêmes valeurs. Parfois au dépend de mes aises, mais toujours dans l’optique d’aimer, d’aider et, à l’occasion, d’accepter que l’on m’aime. Tout cela dans la joie de l’Évangile.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *