UNE CONVERSION INSTANTANÉE, UN VENDREDI SAINT – MYTHE OU RÉALITÉ?

Pour la plupart d’entre nous, l’expérience religieuse d’une vraie prise de conscience de la présence de Dieu qui conduit à une conversion personnelle est un long et lent processus – habituellement nous ne sommes même pas complètement conscients de la signification de ce qui noud arrive jusqu’au moment, plus tard, où nous regardons en arrière et réfléchissons.  Souvent, on nous présente l’expérience du Vendredi Saint d’Eugène  comme si c’était le seul et unique moment de sa soudaine expérience de conversion: une épiphanie à la manière de Saul sur le chemin de Damas. Certes le Vendredi Saint fut un jalon, mais seulement à l’intérieur d’un contexte d’un long parcours d’éveil et d’expérience qui l’a conduit à un changement personnel graduel .

L’Eugène que l’on suppose subitement frappé par son regard de la Croix, un certain Vendredi Saint, n’est pas beaucoup un exemple ou un encouragement pour nous  tous qui n’avons jamais été frappés par une semblable et soudaine  expérience religieuse. Nous pouvons nous sentir heureux pour lui, mais cela reste dans le domaine de la statue de plâtre d’un saint qui ne touche pas notre vie réelle. Non, l’expérience d’Eugène me parle parce que ce fut un parcours de réalisation –  un parcours  d‘éveil  qui nous inspire à faire de même. J’ai tracé ses années perdues et tièdes avec une certaine somme de détails pour souligner ceci: dans son parcours, nous trouvons un miroir de notre propre histoire de conscience et d’inconscience, de fidélité et d’infidélité à la présence de Dieu dans nos vies. Comme saint, il parcourt la même route avec nous aujourd’hui comme un guide et un intercesseur.

Plusieurs années après,  Eugène écrira à sa mère au sujet de son état de tiédeur:

Quand je fus pressé plus vivement que jamais par la grâce pour me vouer entièrement au service de Dieu, je ne voulus rien déterminer à la légère et vous dûtes vous apercevoir que je commençais à quitter cet état de tiédeur dans lequel j’étais tombé et qui m’eût infailliblement conduit à la mort, je tâchai par une plus grande ferveur de mériter de nouvelles grâces du Seigneur et comme ce bon Maître est généreux, il ne manqua pas de me les accorder.…

Lettre à sa mère, les 23-24 mars 1809 EO XIV n 49

Puis-je m’identifier avec “l’état de tiédeur” d’Eugène? Qu’est-ce que l’expérience d’Eugène m’enseigne comme disciple de Jésus?

FRENCH

“La conversion pour moi ne fut pas l’expérience du chemin de Damas. Je m’orientai lentement dans l’acceptation intellectuelle de ce que mon intuition avait toujours connu.”   Madeleine L’Engle, nouvelliste chrétienne

This entry was posted in LETTRES and tagged , . Bookmark the permalink.

One Response to UNE CONVERSION INSTANTANÉE, UN VENDREDI SAINT – MYTHE OU RÉALITÉ?

  1. Denyse Mostert says:

    Eugène n’a pas grandi en serre chaude. Il a connu l’exil, ses insécurités et ses angoisses. Il a grandi avec un père, dévoué certes, mais préoccupé du danger et de l’obligation de faire vivre les siens. Une aventure qui aurait pu finir très mal…

    Mais la Providence veillait. Rappelons-nous Aix, la sollicitude envers les pauvres. Plus tard Turin, le Collège des Nobles et son éducation soignée. Et bien sûr l’irremplaçable don Bartolo qui saura éveiller le goût du plus chez son jeune pupille. Signe aussi l’arrachement quand il faut quitter Venise pour une fuite toujours nécessaire ? La vie mondaine à Palerme, le pénible retour en France et la quête sans résultat d’une fiancée bien pourvue ? Que de choses pour éloigner Eugène de lui-même !

    Pourtant rien n’est perdu. Sous des dehors évaporés couve le désir de combler un vide intérieur devenu insupportable. Pour faire revenir son père de l’exil, il contribuera à récupérer les argents dûs à la famille. “Dans ses temps libres, Eugène se dédia à la lecture et à l’étude. À Aix, il étudia la littérature française, italienne et latine ainsi que l’histoire », écrit le biographe Pierloz. Ce qui lui donnera ainsi loisir d’en débattre avec le très rigoriste Roze Joannis. Sans oublier l’émotion devant les ravages de la Révolution française. Lentement mais sûrement, la remontée se fait. Conversion instantanée le Vendredi Saint 1807 ? Tout nous montre au contraire une lente transformation.

    Ou encore prédestination ? Et pourquoi pas si on y voit l’assentiment libre aux signes et non une soumission automatique. Dans le cas d’Eugène, je parlerais plutôt de l’apogée d’un cheminement de longue haleine, une prise de conscience bouleversante et le point de non retour d’une décision définitive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *