UNE RECHERCHE POUR DES RÉPONSES

Depuis son retour à Aix, Eugène était en contact continuel avec le cousin de sa mère, François Joseph Roze (Joannis), à qui elle était vraiment attachée et à qui Eugène se référait toujours comme “mon oncle.” Roze était un homme éduqué avec un diplôme doctoral en loi et en médecine, mais

car vous saurez que mon cher oncle est, malheureusement pour lui, le janséniste le plus endurci qui existe dans la chrétienté. J’espère que la vie austère qu’il a adoptée et les largesses qu’il fait aux pauvres de toutes les classes lui vaudront la grâce de rentrer dans le bercail dont il prétend ainsi que ses confrères n’être jamais sorti.

Lettre à son père, le 26 décembre 1805, EO XIV n 14

Le changement d’attitude d’Eugène, sa recherche du sens de sa vie et son intérêt renouvelé dans sa foi lui permet de s’engager avec la vision de foi de son oncle et de rediriger son temps et son énergie pour étudier les déviations jansénistes:

Je dois ajouter qu’attaché par les liens du sang et de l’amitié avec un des plus éclairé[s] jansénistes et en même temps des plus obstinés, je me trouve très souvent dans le cas de parler avec lui sur ces matières, car on peut bien penser qu’il n’a rien oublié pour me présenter la doctrine de sa secte dans le plus beau jour dont elle soit susceptible pour tâcher de m’y attirer, connaissant mon caractère inflexible sur tout ce qui est devoir par rapport auxquels je ne souffre aucune espèce de modification . Je suis donc à même de connaître mieux que personne si on leur impose des sentiments qu’ils n’aient pas; or, je puis certifier que leur doctrine est la même que celle que nous lisons dans leurs livres avec la différence que dans la conversation vous les obligez d’avouer certaines conséquences qu’ils ont grand soin de cacher dans le plus grand nombre de leurs ouvrages, mais qui ne sont pas moins faciles à déduire de leurs principes qui sont consignés dans toutes les productions dont ils ont inondé le public…

La profondeur de sa lecture et de ses études rejaillit:

Que n’aurais-je pas à dire si, pénétrant plus avant dans leur système, je vous exposais leurs erreurs en matière du sacrement de la pénitence, de l’eucharistie et de l’ordre, sur la discipline de l’Eglise, etc. En faut-il davantage pour prouver les attentats inouïs des jansénistes? Vous laisserez-vous désormais séduire par les belles paroles qu’ils ont toujours à la bouche? Ma patience est à bout et il m’est impossible de continuer à exposer leurs blasphèmes…

Notes sur le Jansénisme , 1806, EO XIV n 16

Tout un changement radical de vision différente de la précédente vanité d’un jeune homme et de sa passion pour le spectacle social d’Aix et la poursuite de l’argent!

FRENCH

“Être religieux signifie chercher passionnément la question du sens de notre existence et d’accepter de recevoir des réponses, même si les réponses blessent.”   Paul Tillich

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à UNE RECHERCHE POUR DES RÉPONSES

  1. Denyse Mostert dit :

    Employant l’expression du pape François, on peut dire qu’Eugène n’a pas craint d’aller ‘’dans les périphéries’’. Pour lui, la périphérie c’est le ‘’cousin-oncle’’ Roze Joannis, bardé d’imposants diplômes et « janséniste le plus endurci qui existe dans la chrétienté ». Eugène quant à lui, cherche dans les ouvrages sérieux l’instruction qui lui manque. « Des liens de sang et d’amitié » unissent ces deux hommes au caractère bien trempé. D’où débats corsés.

    « Il n’a rien oublié, écrit le jeune homme à M. de Mazenod, pour me présenter la doctrine de sa secte dans le plus beau jour dont elle soit susceptible pour tâcher de m’y attirer… Je puis certifier que leur doctrine est la même que celle que nous lisons dans leurs livres avec la différence que dans la conversation vous les obligez d’avouer certaines conséquences qu’ils ont grand soin de cacher dans le plus grand nombre de leurs ouvrages…» Un enseignement tronqué dénoncé en même temps que les multiples erreurs « en matière du sacrement de la pénitence, de l’eucharistie et de l’ordre, sur la discipline de l’Eglise, etc. En faut-il davantage pour prouver les attentats inouïs des jansénistes? »

    Étonnante réaction ! On y reconnaît mal l’habitué des salons et de leur langage futile ! Une recherche honnête et un caractère foncièrement droit ont emmené le futur fondateur dans les périphéries où il sait devoir trouver la contradiction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *