REDÉCOUVRIR LES TRÉSORS À L’INTÉRIEUR

Quand certains des disciples signalèrent à Jésus que la foule qu’Il enseignait avait faim, il répliqua: “Nourrissez-les vous-mêmes.” (Matthieu 14:16) À partir des richesses qui sont en vous, vous devez nourrir les autres. Tel est le point de départ de la spiritualité aussi. Nous avons à commencer en devenant conscients de la présence et de l’action de Dieu en nous-mêmes

Dans notre exploration de la spiritualité d’Eugène de Mazenod, nous avons récemment pris du temps pour regarder ses années perdues et confuses durant lesquelles il est devenu spirituellement tiède. Cet Eugène que nous avons regardé est le même Eugène  qui avait reçu un enseignement religieux solide dans sa période scolaire et formatrice entre les mains de Don Bartolo Zinelli. Il avait mis cela de côté pour un certain nombre d’années, mais  les fondations étaient toujours présentes au cœur de son être. Quand il commença à retrouver ses sens, le processus de sa conversion l’amena à redécouvrir les richesses à l’intérieur de lui-même. “J’avais cherché le bonheur en dehors de Dieu…”

Nous voyons ce réveil en 1805 après une visite à Paris avec sa tante. Durant ce long voyage dans une voiture publique, il rencontra un jeune médecin militaire, Emmanuel de Claubry, qui était en route pour rejoindre son régiment en Italie. Ainsi commença une amitié qui allait durer 50 ans. À son arrivée en Italie, Emmanuel écrivit à Eugène pour lui décrire la souffrance qu’il devait supporter aux mains de ses confrères soldats à cause de sa foi et de ses principes religieux. Cela devint, pour Eugène, une catalyse qui lui rappela tout ce qu’il avait appris dans sa formation religieuse – spécialement entre les main de Don Bartolo.

Votre lettre du 13 octobre, mon cher et bon ami, m’a rempli le cœur d’amertume. J’ai ressenti bien vivement toutes les avanies que vous avez éprouvées dans ce malheureux repas et je voudrais vous annoncer qu’on [n’]en demeurera là, mais à ces premières épreuves que l’on fait subir à tout nouveau venu quel qu’il soit, en succéderont d’autres auxquelles ne seraient pas soumis ceux qui ne professent pas la foi de Jésus-Christ. C’est quand on aura découvert que vous êtes chrétien que l’on vous abreuvera de sarcasmes, d’insultes et de mépris, c’est alors que les enfants des ténèbres feront tous leurs efforts pour pervertir celui de la lumière et c’est alors aussi, mon cher ami, que vous aurez besoin de rappeler toute la force que vous avez reçue avec le sceau de la régénération et par l’imposition des mains. Mais comme tout ce que je pourrai vous dire pour raffermir votre foi et réveiller votre espérance ferait peu d’effet en sortant de ma bouche, j’ai rassemblé ici de suite des paroles de consolation que j’ai eu soin de puiser dans la source pure, dans le livre de vie, dans ce code admirable où tous nos besoins sont prévus, et les remèdes préparés. Ce n’est donc point Eugène, c’est Jésus-Christ, c’est Pierre, Paul, Jean, etc., qui vous envoyent cette nourriture salutaire laquelle reçue avec cet esprit de foi dont vous êtes capable ne sera certainement pas sans effet.

Lettre à Emmanuel Gaultier de Claubry, EO XIV n 13

Le biographe contemporain d’Eugène, Rey, copia seulement cet extrait et laissa tomber les 3 pages de la Sainte Écriture transcrite par Eugène. Il commente: “ Nous ne connaissions pas d’énumération plus complète et plus saisissante en fait de textes propres à ranimer le courage chrétien.” (Rey I p. 70). Don Bartolo avait bien fait son travail, plusieurs années auparavant!

En explorant la spiritualité mazenodienne, je vois une invitation à chacun de nous, de devenir conscient des richesses spirituelles déjà en nous comme individus et comme groupe mazenodien en tant que point de départ  de l’expression d’une spiritualité.

Un des textes d’orientation d’Eugène qui nous est confié comme missionnaires dans la Préface est la responsabilité de commencer le processus de transformation en nous mêmes:

«Veille sur ta personne et sur ton enseignement, dit l’apôtre saint Paul à Timothée; persévère en ces dispositions. Agissant ainsi, tu te sauveras, toi et ceux qui t’écoutent» (1 Tm 4, 16).

FRENCH

“Les riches ordinaires peuvent être volés; les vrais riches ne le peuvent pas. Dans notre âme, il y a infiniment de choses précieuses qui ne peuvent nous être enlevées.”   Oscar Wilde

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à REDÉCOUVRIR LES TRÉSORS À L’INTÉRIEUR

  1. Denyse Mostert dit :

    1825. Eugène de Mazenod accompagne sa tante à Paris. Le long trajet en diligence est lent et le plus souvent fastidieux. Le jeune voyageur ne fait pas exception à la règle. Pas étonnant qu’il meuble le temps en faisant la conversation à ses compagnons de voyage.

    Contacts qui, le plus souvent, ne durent que le temps de la route. Mais voici qu’ un échange, commencé sans doute par des lieux communs, s’approfondit et donnera jour à une amitié qui va durer longtemps. Un jeune médecin, Emmanuel de Claubry, en route pour rejoindre son régiment en Italie, confiera par après à Eugène l’inconfortable sort réservé aux chrétiens qui osent professer leur foi. Il n’en fallait pas plus pour réveiller la spiritualité endormie du futur prêtre de Jésus Christ

    On ne sait exactement quelles « avanies » ont été infligées au nouveau venu à sa caserne. On peut par contre se demander d’où le jeune mondain qui vit à plein les plaisirs et les problèmes du monde est allé chercher la sagesse de ses propos. « C’est quand on aura découvert que vous êtes chrétien que l’on vous abreuvera de sarcasmes, d’insultes et de mépris, c’est alors que les enfants des ténèbres feront tous leurs efforts pour pervertir celui de la lumière et c’est alors aussi, mon cher ami, que vous aurez besoin de rappeler toute la force que vous avez reçue avec le sceau de la régénération et par l’imposition des mains. »

    Ou plutôt, peut-on se dire que la graine semée jadis par don Bartolo n’était qu’en sommeil. Qu’elle n’attendait que le moment ad hoc pour se réveiller.

    En fait, nous sommes tous, chacun à notre façon, des missionnaires. Nos actes et paroles peuvent en tout temps influer sur ceux-là qui nous ont connus. Responsabilité qui pourrait devenir insupportable sans notre confiance en un Dieu Miséricorde. Et par-dessus tout communion des Saints ouvrant grand la route aux enfants du même Père que nous sommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *