POURQUOI AVOIR DES RÈGLES ?

Dans l’espace d’un court temps après avoir débuté son œuvre de jeunesse, Eugène devint conscient de la nécessité d’avoir une Règle de vie

L’Association étant purgée de tous les sujets douteux, et la ferveur continuant à s’y manifester tous les jours davantage, le Directeur a jugé à propos de rédiger un règlement qui embrasse tous les devoirs qu’ils ont à remplir, soit comme chrétiens, soit comme congréganistes, et qui leur fournisse les moyens de se maintenir dans la piété, d’étudier comme il faut, en un mot de faire leur salut au milieu de tous les dangers qui les environnent de toute part.

Journal de la Congrégation de la Jeunesse, le 2 février 1814, E.O. XVI

À mesure que la Congrégation de la Jeunesse progressait en nombres et en activités, il était nécessaire pour Eugène de produire une version plus élaborée et plus détaillée des Règles, quelque part entre 1816 et 1818, qui allait être connue sous le nom de « Statuts ». Cela montre que ce rassemblement de jeunes n’avait rien d’un essai informel pour garder les jeunes occupés à l’intérieur d’un environnement d’Église, mais une association sérieuse dont le but était l’atteinte d’une plénitude de vie.

De la part de ses membres, elle exigeait un haut niveau d’engagement envers ses idéaux et l’obéissance à ses règles. Les règles établissaient clairement et de façon minutieuse comment les choses allaient devoir être faites selon les valeurs de l’Évangile.

 « Durant la jeunesse, nous apprenons : avec l’âge, nous comprenons. » Marie von Ebner-Eschenbach

Ce contenu a été publié dans JOURNAL, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à POURQUOI AVOIR DES RÈGLES ?

  1. Denyse Mostert dit :

    Pendant le long exil en Italie, Eugène a eu le temps de goûter aux difficultés d’une vie décousue. « Dans la pauvreté… privé de compagnons de son âge, dans l’incapacité de suivre un programme académique normal, il est aussi séparé de sa mère qui demande le divorce afin de retourner en France et de recouvrer ses biens. » À 20 ans, quand il rentre en France, « son désir le plus grand est de vivre à plein, de reprendre le temps perdu. » Cependant la vie mondaine qui semble un temps prendre le dessus, devient bientôt inepte pour le jeune homme… Et arrive le temps où Eugène de Mazenod sait où il va, le temps d’un solide coup de barre dans sa vie désormais tournée vers Jésus Christ. (*)

    À Aix, de plus en plus de jeunes rallient la Congrégation de la Jeunesse. Avec toute la fougue et les idées de chacun, avec des rencontres qui peuvent demeurer simplement distrayantes si on ne leur définit clairement un but, tout en leur donnant les moyens de l’atteindre.

    Eugène de Mazenod en conclut que « l’Association étant purgée de tous les sujets douteux, et la ferveur continuant à s’y manifester tous les jours davantage », la nécessité se dessine de « Statuts » qui vont favoriser ces bonnes dispositions.

    Ce n’est un secret pour personne… Chez les adolescents de tous les temps, la notion de liberté est solidement ancrée. Et on peut se demander comment les jeunes de la Congrégation ont accueilli ces Règles écrites à leur intention.

    On imagine mal Eugène de Mazenod, ce prêtre au cœur de père, présentant froidement et solennellement à ses enfants l’incontournable loi à laquelle ils vont devoir se soumettre. Il est certain qu’il leur a d’abord fait prendre conscience du bien-fondé de ces « statuts » dont le but va être de les guider dans « tous les devoirs qu’ils ont à remplir, soit comme chrétiens, soit comme congréganistes… [et de leur fournir] « les moyens de se maintenir dans la piété, d’étudier ».

    La croissance de la Congrégation de la Jeunesse va d’ailleurs confirmer l’effet bénéfique de ces Règles qui invitent chacun à une ‘’plénitude de vie’’.

    Devoir, obligation, règlement… Que voici des mots depuis toujours mal aimés ! Parce qu’ils semblent menacer d’une façon ou de l’autre la liberté personnelle que nous revendiquons !

    Au fond, tout ne réside-t-il pas dans la manière maladroite ou heureuse de présenter les buts poursuivis ? Tout ceci n’est-il pas une question de confiante communication où chacun peut interroger et recevoir des réponses cohérentes à ses questions ?

    (*) http://omiworld.org/content.asp?sezID=&catID=0&artID=2&pag=1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *