LES MISSIONS PAROISSIALES : RAPPELANT AUX GENS LE SENS DU PÉRIPLE QU’ILS ONT À PARCOURIR

Une fois par semaine, le dimanche, l’homélie et l’avis donnaient ordinairement un sommaire de toutes les prédications de la semaine précédente. De cette façon, les gens étaient tenus concentrés sur les orientations que les missionnaires leur proposaient comme ligne de conduite pour leur vie.

Après l’évangile, discours qui doit être toujours une récapitulation des instructions de la semaine. Il faut le rendre intéressant par l’ordre et la rapidité. Il n’est pas possible d’y renfermer les instructions du matin et du soir; il faut choisir ce qu’il y a de plus important et qui peut être le plus utile.

Journal de la Mission de Marignane, le 24 novembre 1816, E.O. XVI

Je considère ce texte comme une invitation présente, dans nos paroisses et nos ministères oblats – qui sont destinés à être des centres de mission permanente -, à nous demander si nous avons un plan pastoral d’ensemble couvrant notre prédication durant une certaine période de temps. Ceux et celles qui nous écoutent saisissent-ils le parcours au long duquel nous les accompagnons, ou notre approche change-t-elle chaque dimanche selon nos dispositions ou nos inspirations changeantes ?

 

This entry was posted in JOURNAL and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to LES MISSIONS PAROISSIALES : RAPPELANT AUX GENS LE SENS DU PÉRIPLE QU’ILS ONT À PARCOURIR

  1. Denyse Mostert says:

    « Après l’évangile, discours qui doit être toujours une récapitulation des instructions de la semaine », lisons-nous dans le Journal de la Mission de Marignane.

    Eugène de Mazenod ne se contente pas des « avis » quotidiens qui rappellent le sujet de la prédication du jour avant. Pour consolider le tout, le missionnaire doit refaire le tour d’horizon des six jours écoulés.

    Récapituler… rafraîchir la mémoire sur l’épisode précédent de la prédication… Voici à coup sûr un bon moyen pour garder les paroissiens sur la bonne voie en leur permettant de relier les faits les uns aux autres et de constater que tous les moments de la vie spirituelle considérés dans leur ensemble en renforcent la cohérence

    Tant il est vrai que les expériences de l’enfance s’impriment profondément dans la mémoire, le texte de ce jour me ramène sur les bancs de mon école primaire. Le jeudi était attendu avec impatience pour la lecture hebdomadaire dont nous régalait notre institutrice. La pire punition qui pouvait arriver était de nous voir exclues de ce moment béni… Où en étaient les héros ? Quelles aventures avaient-ils vécues qui nous avaient échappé ? Nos tentatives de nous renseigner auprès de nos camarades ne donnaient le plus souvent pas grand résultat et nous perdions quelque peu de l’intérêt pour une intrigue que nous avions, au départ, trouvée passionnante…

    On dit souvent qu’il ne faut pas se fier aux impressions premières pour se faire une opinion sur quelqu’un. Pour que puisse s’établir un contact plus vrai, il est bon de connaître un peu de l’expérience de vie qui a modelé la personne que nous avons devant nous.

    J’ai aussi appris à ne jamais séparer texte et contexte, principalement dans les commentaires d’évangile qui me sont parfois demandés. Replacer un épisode dans son environnement permet une vue claire des événements qui ont amené telle attitude, provoqué tel problème. Que pourrions-nous dire d’un condamné crucifié si nous n’avions appris les circonstances qui l’ont amené à périr comme un malfaiteur ? Si nous n’avions su qu’il ‘’était passé en faisant le bien“ et que son plus grand crime avait été de proclamer une justice bien dérangeante pour les puissants ?

    Ces propos de ‘’simple laïque’’ sont aussi ceux d’une chrétienne heureuse de cheminer pas à pas sur les chemins d’évangile. Parce que rien n’y est jamais dit une fois pour toutes. Parce qu’une compréhension qui va en s’approfondissant nous fait comprendre que cette histoire vécue il y a plus de 2000 ans se continue chaque jour dans la vie de ceux qui croient en Jésus Christ.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *