LES MISSIONS PAROISSIALES : LES AVIS DOIVENT ÊTRE PIQUANTS ET INTÉRESSANTS

Les avis, à la fin de chaque sermon, résumaient les principaux points du sermon et invitaient les gens à les appliquer. Le supérieur de la mission, qui « sentait » la direction que la mission devait prendre, était également en mesure de souligner des aspects du sermon que le prédicateur avait peut-être laissé de côté, ou qu’il n’avait pas traité.

Les avis doivent être piquants et intéressants. Il ne conviendrait pas de les donner toujours en guise de reproche. Il est même à propos, selon les jours, de les rendre un peu gai[s]. Mais on ne saurait met-tre trop d’attention pour ne pas donner dans la bouffonnerie ou des plaisanteries triviales: ce qui est très difficile, si celui qui les donne n’a pas une grande habitude de la bonne plaisanterie et une grande connaissance des convenances. Alors, il vaut infiniment mieux s’en tenir au ton sérieux; mais jamais il ne faut être grondeur, même lorsqu’il faut faire quelques reproches.

Cérémonial pour les Missions, Missions OMI, vol 78, n.276

 

This entry was posted in ÉCRITS and tagged . Bookmark the permalink.

One Response to LES MISSIONS PAROISSIALES : LES AVIS DOIVENT ÊTRE PIQUANTS ET INTÉRESSANTS

  1. Denyse Mostert says:

    « Les avis doivent être piquants et intéressants… » Voici deux caractéristiques qu’Eugène de Mazenod doit manier avec le plus grand naturel !

    Inutile de faire ici le panégyrique d’un humour sain. Tout le monde en connaît les bienfaits qui rapprochent les gens, désamorcent des situations et permettent d’accentuer certains points d’un discours oubliés ou volontairement laissés dans l’ombre. La chaleur humaine qui s’en dégage est d’ailleurs un point commun qu’au cours des années, j’ai retrouvé chez bien des Oblats.

    Bien sûr, il y a toujours l’écueil de l’exagération, du sensationnel « si celui qui les donne n’a pas une grande habitude de la bonne plaisanterie et une grande connaissance des convenances ». Un doigté certain est de mise pour éviter les messages ambigus, dont on ne sait trop dégager le sens réel. Ou encore éveiller des susceptibilités chez des personnes au caractère intrinsèquement ‘’sérieux’’.

    De mes parents j’ai hérité, et transmis à mes descendants, « l’art » de la réplique spontanée qui a le don de transformer certaines de nos rencontres en joutes oratoires. C’est là qu’une attention soutenue est de mise afin d’éviter des blessures aussi involontaires soient-elles et que le bon vieux proverbe qui dit de ‘’tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler’’ entre en jeu.

    C’est là aussi le moment de revenir une fois de plus à la charité qui a ses entrées partout. Le choix des mots va toujours rester le reflet de notre personnalité.
    Nous leur aurons simplement ajouté une délicatesse du cœur qui sait si bien traduire notre respect envers les autres et combien ils sont importants à nos yeux.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *