MISSIONS PAROISSIALES: ELLES VISENT LA CONVERSION DE LA PAROISSE, DANS SON ENSEMBLE

Alors que les missionnaires visaient la conversion personnelle, leur ultime idéal était d’aider toute la paroisse à grandir ensemble. Le pasteur local était impliqué dans la mission – à aucun moment, les missionnaires ne prenaient la direction de la paroisse, pendant le temps de la mission. Le Curé participait en tant que berger de son peuple, et la mission était faite en son nom.

Eugène souligne ceci quand il écrit au curé de Barjols:

Plus de cinquante curés demandent avec instance une mission. Pour mettre une certaine équité dans le choix, il m’a semblé qu’il fallait s’en rapporter à la date des demandes. Je pencherais toutefois à vous donner la préférence. Il me semble que notre devoir est d’accourir où le danger est le plus pressant. On nous a demandé à Marseille; nous pourrions y présager quelques consolations, tandis qu’à Barjols nous ne devons nous attendre qu’à des contradictions et à des peines; mais nous aurons du moins le bonheur de venir au secours de la sollicitude d’un bon pasteur pour des ouailles égarées. Dussions-nous ne retirer de notre mission d’autre avantage que d’avoir combattu l’enfer, avec et sous la direction d’un vétéran tel que vous, nous aurions encore à nous féliciter de l’avoir entreprise.

Lettre au Curé de Barjols, le 20 aout 1818, E.O. XIII n. 14

Au curé d’Aubagne en préparation d’une mission:

J’espère que Messieurs vos Vicaires voudront bien nous aider dans ce pénible ministère, nous pourrons dans ce cas les comprendre dans notre calcul. En tout je me flatte que nous ne formerons tous qu’une famille, dont vous serez le père, et que nous n’aurons bien qu’un cœur et qu’une volonté.

Lettre à M. Figon, le 5 octobre 1822, E.O. XIII n. 42

P. Marcello Zago montre comment cet aspect s’est développé aujourd’hui, quand il dit que le but de la mission oblate a changé

d’une annonce axée sur la conversion des âmes à une évangélisation qui a un triple but, c’est-à-dire la conversion personnelle et communautaire, la constitution d’une communauté ecclésiale inculturée et responsable, et la promotion du Royaume de Dieu

“Évangélisation et mission” dans le Dictionnaire des valeurs oblates

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à MISSIONS PAROISSIALES: ELLES VISENT LA CONVERSION DE LA PAROISSE, DANS SON ENSEMBLE

  1. Denyse Mostert dit :

    Comme toute entreprise désireuse de mettre toutes les chances de son côté, les missions des Missionnaires de Provence aussi bien que celles des Oblats de Marie Immaculée d’aujourd’hui nécessitent un « plan de match », dans lequel vont entrer en ligne de compte besoins spirituels et contingences matérielles de base.

    Le but premier étant de réveiller chez ceux qui l’ont perdu le sens de la vie dont Jésus est le centre, il est donc normal de trouver au départ une longue réflexion dans la prière, une consultation communautaire et l’audace du missionnaire.

    1818. Les besoins de salut se font pressants, la réputation des Missionnaires de Provence s’est répandue. Les demandes affluent. Dans sa lettre au curé de Barjols, Eugène note que «plus de cinquante curés demandent avec instance une mission ». Chiffre encourageant mais demandes auxquelles il est impossible de répondre en même temps.

    Le Dictionnaire des Valeurs Oblates nous rappelle que rien n’est perdu des événements de nos vies. « C’est l’expérience qui a amené Eugène de Mazenod à discerner les besoins de salut des gens. Son séjour en Italie et son retour en France après la Révolution l’ont aidé à découvrir ces besoins, en particulier chez les pauvres gens ». (*) Voici un discernement qui va bien lui servir.

    Messieurs les curés souhaitent vivement l’arrivée des Missionnaires, partout existent des pauvres à évangéliser et des missions à ouvrir avec des perspectives de succès différentes. « On nous a demandé à Marseille; nous pourrions y présager quelques consolations, tandis qu’à Barjols nous ne devons nous attendre qu’à des contradictions et à des peines… » Humainement il est certain que les « consolations » devraient l’emporter sur les « contradictions et les peines » qui les attendent ailleurs.

    Mais voilà, les Missionnaires de Provence sont des « passionnés de Jésus Christ ». Ils veulent vivre l’option préférentielle pour les pauvres qui est à la source de leur vocation. Leur « devoir est d’accourir où le danger est le plus pressant », écrit Eugène.

    Ils iront donc vers ceux-là en premier. En offrant à Dieu les joies dont ils vont être privés et les difficultés qu’ils s’attendent à rencontrer. Une décision en apparence insensée qui fait dire à Paul dans son épître aux Corinthiens que la folie aux yeux des hommes peut être sagesse aux yeux de Dieu.

    Cette folie accomplie pour Dieu s’appelle aussi gratuité. Un mot qu’il ne faut pas laisser tomber dans l’oubli. Un mot qui parle de l’amour désintéressé, celui qui fait dire à saint Paul « si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne,une cymbale retentissante ».(Cor.13 :1)

    (*) (Valeurs oblates /Évangélisation et Mission)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *