AU PETIT DÉJEUNER

“M’aimes-tu ?” (Jean 21,16)

« Après que Jésus se fut révélé à ses disciples et qu’il eut pris le petit déjeuner avec eux » est le début de l’Evangile aujourd’hui (Jean 21,15-19). Tout au long du Carême et de la période de Pâques, Jésus a « pris le petit déjeuner » avec nous et nous a nourris pendant les longues journées d’isolement et d’apprentissage d’une nouvelle réalité. Chaque jour, il nous a demandé « M’aimes-tu ? » et nous a rappelé de prendre soin de ses brebis.

Aujourd’hui, l’Église universelle célèbre la fête du pape Saint Paul VI qui a béatifié Eugène de Mazenod et l’a défini ainsi :

“C’était un passionné de Jésus-Christ et un inconditionnel de l’Église!”

Eugène n’a pu être ainsi que grâce à son amour intime pour Jésus son Sauveur, avec qui il « prenait son petit déjeuner » chaque jour en s’occupant de ses brebis.

Dans le monde mazenodien, nous célébrons aujourd’hui la fête du Bienheureux Joseph Gérard OMI.

Entouré par les difficultés et les échecs, il a lui aussi continué à prendre soin des brebis en Afrique australe parce qu’il « prenait son petit déjeuner » tous les jours avec Jésus qu’il aimait et dont il partageait l’amour.

« M’aimes-tu ? » C’est la question que Jésus me pose aujourd’hui alors qu’il « prend son petit déjeuner » avec moi – et puis il me dit « prends soin de mes brebis qui sont tout autour de toi ».

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à AU PETIT DÉJEUNER

  1. Denyse Mostert dit :

    AU PETIT DÉJEUNER…
    “M’aimes-tu ?” (Jean 21,16)

    C’est ainsi que Jésus nous a accompagnés jour après jour pour nous apprendre les nouvelles réalités de ce temps de maladie et les vivre dans l’Amour qu’il nous a enseigné. Jamais l’après-Carême n’aura paru si difficile à comprendre avec le confinement obligatoire pour protéger nos concitoyens de ce virus menaçant.

    Ne perdons pas courage, assimilons plutôt que « Confinement » ne signifie nullement sombre retrait des autres mais plutôt prise de conscience des paroles et des gestes qui pourront aider. Comme les disciples nous pourrons laisser parler notre cœur sans nuire à quiconque, devenant ainsi d’authentiques messagers de l’Évangile.

    Jour après jour nous apprenons à mieux connaître le Fondateur de la Congrégation des Oblats de Marie Immaculée et pris « le petit déjeuner » ensemble pour savoir que la victoire sur la pandémie viendra rendre joie aux citoyens du monde. De plus, nous aurons à répondre à une question qui, de prime abord peut sembler aussi étonnante que dangereuse. «M’aimes-tu ? », demande toujours Jésus à ses amis.

    Nous aurons besoin d’une CONFIANCE sans borne pour accepter cette proposition. Comme le Christ, nous pourrons alors devenir d’autres pasteurs et prendre soin de tant de brebis qui ont besoin de notre attention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *