JE DOIS OPÉRER MON SALUT PAR ELLES, JE DOIS ME SAUVER AVEC ELLES

Alors qu’Eugène médite sur ses responsabilités, sa sollicitude pour le salut de ceux qui lui étaient confiés reflète l’attitude qu’il avait inculquée à ses Missionnaires.

Mes obligations ne devant pas se borner à l’acquisition des vertus les plus sublimes, je dois considérer attentivement ce qui m’est imposé par rapport aux ouailles que le Souverain Pasteur doit me confier. Je dois opérer mon salut par elles, je dois me sauver avec elles, du moins je dois pouvoir me rendre le témoignage d’avoir fait tout ce qu’il a dépendu de moi pour les instruire, les exhorter, les détourner du mal, les exciter à la pratique de la vertu, leur servir d’exemple en toutes sortes de bonnes œuvres enfin pour leur procurer tous les moyens qui sont en mon pouvoir pour assurer leur salut et les conduire ainsi du bercail de la terre, où Dieu les a placés sous ma houlette, au ciel où nous devrons être réunis dans le sein de Dieu.…
Le tout est de n’agir qu’en vue de plaire à Dieu et pour s’acquitter dignement de la charge qu’il m’a imposée.

Retraite préparatoire à la prise de possession de la charge épiscopale de Marseille, mai 1837, EO XV n 185

Cette approche pastorale s’applique également à tous les membres de la famille Mazenodienne en ce qui concerne tout ce que nous devons faire pour le bien-être de ceux qui nous sont confiés.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à JE DOIS OPÉRER MON SALUT PAR ELLES, JE DOIS ME SAUVER AVEC ELLES

  1. Denyse Mostert dit :

    ME SAUVER PAR ELLES ET AVEC ELLES…
    Retraite préparatoire à la prise de possession de la charge épiscopale de Marseille, mai 1837.

    Le futur évêque a évidemment pensé à tant de personnes rencontrées sur sa route de missionnaire. C’est l’heure de penser à « ses responsabilités, sa sollicitude » pour le salut de ceux qui lui sont confiés. Il va sans dire qu’Eugène désire les vivre aussi avec les nouvelles « ouailles » qui lui incomberont quand il sera évêque de Marseille.

    « Je dois opérer mon salut PAR ELLES, je dois me sauver AVEC ELLES, du moins je dois pouvoir me rendre le témoignage d’avoir fait tout ce qu’il a dépendu de moi… »
    « confie le futur évêque ». Ces deux prépositions font d’abord penser à tout le temps consacré à se connaître les uns les autres pour ensuite répartir logiquement les responsabilités.

    Une façon de, non pas faciliter la tâche d’Eugène de Mazenod, mais plutôt de lui imposer la tâche qui pourra surcharger un horaire déjà bien encombré. On peut penser aux diverses réactions qui ne manqueront probablement de se faire jour devant une répartition finale qui ne peut plaire à tout le monde.

    Comme Associée oblate, Il m’est évidemment impossible de me retrouver dans la même situation. Me mettant à la place d’autres, je peux néanmoins ajouter qu’il m’incombe de faire taire certains sentiments pouvant donner lieu à un désappointement assez fort. Une autre raison de bien réfléchir aux termes employés lors de nos engagements…

    Et de prendre conscience que la promesse de secours du Seigneur est toujours présente, prête à nous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *