L’ÉVÊQUE COMME BERGER EN CHEF

L’Archevêque d’Aix-en-Provence était temporairement en mauvaise santé et avait besoin de quelqu’un qui l’accompagnât dans ses visites pastorales partout dans l’archidiocèse d’Aix, et qui prêcherait à sa place. Eugène désigna le Père Oblat Mille pour remplir cette mission importante.

Maintenant, je voudrais te donner quelques instructions. D’abord, tu dois savoir que tu es appelé à être l’organe du premier pasteur dans sa visite pastorale. Il faut, par conséquent, que tu te pénètres de l’importance de la grandeur de ce ministère.

Rappelons-nous qu’Eugène avait déjà été évêque pendant 5 ans, et qu’il venait juste d’être désigné pour prendre la tête du diocèse de Marseille. Les conseils qu’il donne donc au Père Mille sont le reflet de sa propre approche pastorale. La liste ci-dessous est le miroir de ce que devait être alors le propre ministère épiscopal de Saint-Eugène.

Je n’ai pas besoin de te dire que tu dois relever la grandeur de la grâce et de toutes les bénédictions que le Seigneur répand sur le passage de 1’évêque visitant ses ouailles
pour les instruire,
les corriger,
les consoler et
donner le Saint-Esprit à ceux qui ne l’ont pas reçu encore;
exciter le repentir dans l’âme de ceux qui l’ont perdu;
rappeler à la connaissance et à la pratique de la sainte loi de Dieu et aux préceptes de l’Église;
exalter la charité de cette bonne Mère pour ceux mêmes qui sont morts, l’évoque venant prier pour leurs âmes dans chaque lieu de sa juridiction.

Lettre à Jean-Baptiste Mille, le 21 avril 1837, EO IX n 614

Nous verrons que toutes ces déclarations seront mises en pratique par Saint-Eugène lui-même pendant les deux décades où il sera évêque de Marseille.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’ÉVÊQUE COMME BERGER EN CHEF

  1. Denyse Mostert dit :

    L’ÉVÊQUE, CE BERGER EN CHEF…
    Lettre à Jean-Baptiste Mille, le 21 avril 1837

    Alors qu’il travaille à se refaire une santé, Eugène de Mazenod, Archevêque d’Aix-en-Provence a besoin d’aide. Il demande à Jean-Baptiste Mille de prêcher à sa place et de l’accompagner dans ses visites pastorales. Il va sans dire qu’il savait très bien à qui il s’adressait. Du P. Mille, nous pouvons lire qu’il «avait toute les qualités qui rendent un orateur chrétien véritablement populaire.» (*)

    De son côté, Eugène venait juste d’être désigné pour prendre la tête du diocèse de Marseille, on ne peut donc douter de la pertinence de ses recommandations. L’Oblat n’échappera pas aux précieuses instructions de son Supérieur qui sont d’ailleurs le résultat de la l’approche pastorale de celui-ci.

    Avant tout, il est demandé au remplaçant de se pénétrer du fait qu’il est «appelé à être l’organe du premier pasteur dans sa visite pastorale». Une fois cela bien acquis, il importera au P. Mille de « relever la grandeur de la grâce et de toutes les bénédictions que le Seigneur répand sur le passage de l’évêque ou de l’envoyé visitant ses ouailles. » Après avoir bien instruit les fidèles l’évêque priera Marie pour les défunts de cet endroit.

    Nous verrons que toutes ces déclarations seront mises en pratique par Saint-Eugène lui-même pendant les deux décades où il sera évêque de Marseille. (Frank Sabtucci)
    (*) https://www.omiworld.org/fr/lemma/mille-jean-baptiste-vincent-fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *