NOUS SOMMES LES MINISTRES DE LA MISÉRICORDE, DONC AYONS TOUJOURS UNE TENDRESSE DE PÈRE ENVERS TOUS

Parfois, quand nous rencontrons l’opposition, et même l’hostilité, dans notre manière de vivre et exprimer les valeurs évangéliques, nous sommes souvent portés de répondre d’une manière négative :

Nous sommes les ministres de sa miséricorde, ayons toujours et envers tous des entrailles de père ; oublions aussi facilement les outrages qui sont faits quelquefois à nos personnes dans l’exercice de notre ministère que le Bon Dieu veut bien oublier les offenses qu’on n’a cessé de lui faire. Le père de l’enfant prodigue ne se contenta pas de le revêtir de la robe, et de lui mettre l’anneau au doigt, mais il fit tuer le veau gras.
Ainsi nous, nous [ne] devons pas seulement réconcilier les pécheurs, mais à raison de tout ce qui leur est accordé de grâce pendant la mission et des garanties que présentent leur fidélité à y correspondre et les efforts qu’ils ont dû faire pour cela, nous les admettons au banquet sacré, nous leur donnons le pain de vie pour qu’ils puissent marcher dans la nouvelle voie qu’ils doivent suivre.…

Lettre à Bruno Guigues, 20 février 1837, EO IX n 605

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à NOUS SOMMES LES MINISTRES DE LA MISÉRICORDE, DONC AYONS TOUJOURS UNE TENDRESSE DE PÈRE ENVERS TOUS

  1. Denyse Mostert dit :

    Vendredi le 24 décembre, Frank Santucci publie : « NOUS SOMMES LES MINISTRES DE LA MISÉRICORDE, DONC AYONS TOUJOURS UNE TENDRESSE DE PÈRE ENVERS TOUS… et, ce lundi 27, il est toujours question de Miséricorde reçue et donc de la tendresse avec laquelle nous devons accueillir les pécheurs,,,

    Ce « nous » concernant tout autant nos relations avec ceux qui ne pensent pas comme nous que du pardon sacramentel que dispensent les prêtres. À leur sujet, Eugène préconise : « Ainsi nous, nous [ne] devons pas seulement réconcilier les pécheurs, mais à raison de tout ce qui leur est accordé de grâce pendant la mission et des garanties que présentent leur fidélité à y correspondre et les efforts qu’ils ont dû faire pour cela, nous les admettons au banquet sacré, nous leur donnons le pain de vie pour qu’ils puissent marcher dans la nouvelle voie qu’ils doivent suivre. »

    Ce qui nous conduit à Luc 6:36 : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. » Tout est clair en ce qui concerne l’Amour divin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *