TRAVAILLEZ UNIQUEMENT POUR DIEU, MARCHEZ INCESSAMMENT EN SA PRÉSENCE

Eugène rappelle constamment que le succès de toute action pastorale dépend de la qualité de sa relation avec Dieu – sinon, nous sommes de simples fonctionnaires et non des disciples.

 Je te recommande de tenir la main à ce que l’on vive avec régularité. L’oraison, l’examen, etc. Que vous ne soyez pas des hommes tout adonnés aux œuvres extérieures qu’on ne soupçonne pas avoir seulement l’habitude des pratiques les plus usuelles pour tout bon prêtre. Cette dissipation fait un tort infini.
… Ne perdez pas de vue que vous êtes missionnaires de profession, par conséquent ayant une règle à observer en mission et propre en ce temps-là, prévue d’avance, déjà pratiquée, familière en un mot pour chacun de vous. Cela s’étend à la tenue qui doit être grave et réservée. 
… Faites en sorte, en un mot, non seulement de faire beaucoup de bien, mais de laisser après vous une vraie odeur de sainteté. Autrement on dirait de vous que vous faites votre métier. Il faut être absolument des hommes de Dieu, agir uniquement pour Dieu, marcher sans cesse en sa présence, édifier du matin au soir tous ceux qui ont affaire à vous ou qui vous entourent.

Lettre à Jean Baptiste Mille, 20 janvier 1837, EO IX n ° 603

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à TRAVAILLEZ UNIQUEMENT POUR DIEU, MARCHEZ INCESSAMMENT EN SA PRÉSENCE

  1. Denyse Mostert dit :

    Lettre à Jean Baptiste Mille, 20 janvier 1837

    1833. Au cours de l’été, le père Mille reçoit son obédience pour Notre-Dame du Laus où il est nommé supérieur en 1834. Il finit de construire le clocher du sanctuaire, prêche beaucoup de missions et, de 1839 à 1842, doit défendre la position des Oblats contre les prétentions d’une partie du clergé et des évêques de Gap .

    D’abord quelques mots du P. Mille qui nous le montrent comme un homme très actif. Ce qui lui fait recommander par le supérieur de pratiquer dans sa vie spirituelle le soin qu’il apporte aux œuvres extérieures. À ce « missionnaire de profession » Eugène rappelle qu’il existe une Règle qu’il faut vivre avec régularité. Qu’il faut éviter de la pratiquer seulement par habitude afin que les autres ne découvrent en vous qu’une dissipation qui fait « un tort infini », mais bien l’amour de la vocation qui doit primer en tout.

    Beaucoup d’Oblats se sont trouvés sur mon parcours. Les manières d’être varient bien entendu selon le caractère de chacun. Je ne crois pas qu’Eugène recommande ici une seule « tenue grave et réservée » mais que le missionnaire doive se comporter avec le naturel des religieux dont ils font partie. C’est une question de cœur qui laisse transparaître l’attachement aux vœux qu’ils ont un jour prononcés.

    «Il faut être absolument des hommes de Dieu, agir uniquement pour Dieu, marcher sans cesse en sa présence, édifier du matin au soir tous ceux qui ont affaire à vous ou qui vous entourent », prône-il encore. Ne surtout pas oublier que tous sont des humains à qui il peut arriver de commettre quelques écarts à ce sujet mais que la Miséricorde de Dieu est toujours aux côtés de ses enfants.

    https://www.omiworld.org/fr/lemma/mille-jean-baptiste-vincent-fr/

Répondre à Denyse Mostert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *