LE SOUVENIR DES COMMUNICATIONS INTIMES DE LA GRACE NOUS SOUTIENT ALORS

Quand il nous arrive de tomber dans des périodes sombres, la clarté et la force nous viennent du souvenir de ce que nous avons vécu de notre Seigneur.

Ce que tu me dis des opérations de la grâce en toi me fait éprouver la plus sensible joie; c’est ainsi que le bon Dieu en agit avec ses enfants de bonne volonté! Les impressions profondes que ton âme en a ressenties ne serviront pas seulement à ton avancement dans ces jours de ferveur où la rosée du ciel tombe d’une manière sensible pour ta consolation et ton encouragement, mais aussi pour les temps d’épreuve et d’obscurcissement, supposé que le Seigneur t’y condamne comme il le fait quelquefois même à ceux qu’il aime beaucoup. Le souvenir des communications intimes de la grâce soutient alors; on vit, pour ainsi dire, sur ses provisions…

Lettre à Casimir Aubert, le 10 novembre 1835 EO VIII n 551

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to LE SOUVENIR DES COMMUNICATIONS INTIMES DE LA GRACE NOUS SOUTIENT ALORS

  1. Denyse Mostert says:

    Lettre à Casimir Aubert, le 10 novembre 1835.

    Il nous arrive à tous d’avoir à traverser des périodes difficiles. C’est ce que le P. Casimir Aubert confie à Eugène. Celui-ci répond à ce qu’il appelle « les opérations de la grâce ». On peut lui permettre d’utiliser cette expression ambiguë car il sait ce que sont ces moments difficiles pour en avoir éprouvés lui-même.

    Sa lettre fait d’une pierre deux coups. «Les impressions profondes que ton âme en a ressenties ne serviront pas seulement à ton avancement dans ces jours de ferveur… écrit le Supérieur, mais aussi pour les temps d’épreuve et d’obscurcissement… »

    Il existe à peu près pour tout le monde des périodes de noirceur à partir desquelles on a de la peine à discerner ce qui arrive et quel chemin emprunter. Voici alors le moment de se dire comme le recommande Eugène, que Dieu aime particulièrement ceux qui souffrent et qu’Il ne laissera pas se perdre l’un des siens. La pensée de ces moments de consolations vécues auparavant viendra raffermir les cœurs pour mieux vivre l’épreuve présente.

    Confiance ! En tout temps, le Seigneur accompagne ses enfants.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *