CES VIOLENCES FONT LE PLUS MAUVAIS EFFET ET VOUS DÉCONSIDÈRENT PLUS QUE VOUS NE PENSEZ

Tout n’est pas toujours rose dans la vie en communauté. Le Père Honorât était le Supérieur de la communauté du Calvaire à Marseille; il travaillait très fort mais il semblait traverser une période difficile – ce faisant il faisait souffrir plusieurs dans sa communauté. Eugène se devait d’intervenir.

Je voudrais bien une fois pour toutes, mon cher père Honorât, que vous calmassiez vos fureurs toutes les fois qu’on n’entre pas dans vos vues. Ceux de nos Messieurs qui vous ont demandé hier de ma part le livre de théologie qui était nécessaire au P. Telmon pour préparer sa classe se sont retirés scandalisés de votre manière de le refuser. Vous n’avez pas fait attention qu’il y avait un novice dans le nombre. Aujourd’hui vous vous en prenez au P. Sicard de ce qu’il vous demande en mon nom les effets qui lui sont nécessaires. Croyez-vous de bonne foi que ces Pères soient obligés de supporter votre humeur? Je vous assure qu’ils sont très peu édifiés. Le P. Sicard m’a dit qu’il avait eu peur d’être battu. Je vous conjure de vous modérer davantage.
Ces violences font le plus mauvais effet et vous déconsidèrent plus que vous ne pensez.

Lettre à Jean Baptiste Honorât, 1834, EO VIII n 499

Le Père Honorât était un bon et généreux missionnaire et il était respecté par Eugène. C’est pourquoi cette réprimande se doit d’être remise dans son contexte. Cela rappelle à chacun de nous que nous ne sommes pas toujours  conscients des conséquences de certains mots méchants que nous utilisons,  le plus souvent quand nous sommes fatigués et surchargés de travail.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to CES VIOLENCES FONT LE PLUS MAUVAIS EFFET ET VOUS DÉCONSIDÈRENT PLUS QUE VOUS NE PENSEZ

  1. Denyse Mostert says:

    Jean-Baptiste Honorat, un missionnaire soumis et d’un zèle presque immodéré. Rien que normal de le voir l’objet d’Eugène de Mazenod. Ainsi, lui écrit ce dernier,« je voudrais bien une fois pour toutes, mon cher père Honorât, que vous calmassiez vos fureurs toutes les fois qu’on n’entre pas dans vos vues ».

    Cet Oblat rempli de zèle aura certainement vu à veiller sur les éclats d’un caractère pouvant ainsi provoquer de la perturbation dans sa communauté. Tout comme nous devons , en cas de discorde, prendre soin de la sérénité envers ceux à qui nous devons faire l’une ou l’autre remarque. En accord avec l’Évangile et, pour certains, les CC&RR de la Congrégation à laquelle ils appartiennent, ce ne sont pas les exemples qui nous manquent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *