EUGENE ET LA RÉSURRECTION: DANS LE DÉSIR QUE LES HOMMES EN QUI SE POURSUIT SA PASSION CONNAISSENT EUX AUSSI LA PUISSANCE DE SA RÉSURRECTION

À travers le regard du Sauveur crucifié nous voyons le monde racheté de son sang, dans le désir que les hommes en qui se poursuit sa passion connaissent eux aussi la puissance de sa résurrection (cf. Ph 3, 10).

CC&RR Constitution 4

Depuis sa première prédication, Eugène invitait constamment les pauvres à comprendre l’invitation transformatrice de la résurrection dans leur vie.

Venez maintenant apprendre de nous ce que vous êtes aux yeux de la foi.
Pauvres de Jésus-Christ, affligés, malheureux, souffrants, infirmes, couverts d’ulcères, etc., vous tous que la misère accable, mes frères, mes chers frères, mes respectables frères, écoutez-moi.
Vous êtes les enfants de Dieu, les frères de Jésus-Christ, les héritiers de son royaume éternel, la portion choisie de son héritage; vous êtes, au dire de saint Pierre, la nation sainte, vous êtes rois, vous êtes prêtres, vous êtes en quelque sorte des Dieux, vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut.
Élevez donc votre esprit, que vos âmes abattues se dilatent, cessez de ramper sur la terre: vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut. (Ps 81,6).

Instructions familières en provençal, données à la Madeleine en 1813,  E.O. XV n. 114

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à EUGENE ET LA RÉSURRECTION: DANS LE DÉSIR QUE LES HOMMES EN QUI SE POURSUIT SA PASSION CONNAISSENT EUX AUSSI LA PUISSANCE DE SA RÉSURRECTION

  1. Denyse Mostert dit :

    « PASSION ET RÉSURRECTION… »

    Dans ce qu’on appelle aujourd’hui « Instructions familières en provençal, données à la Madeleine en 1813 », Eugène de Mazenod s’adresse à tous les « pauvres de Jésus-Christ, affligés, malheureux, souffrants, infirmes, couverts d’ulcères, etc. » Il leur fait prendre conscience de leur identité : « Vous êtes, leur dira-t-il, les enfants de Dieu, les frères de Jésus-Christ, les héritiers de son royaume éternel, la portion choisie de son héritage; vous êtes, au dire de saint Pierre, la nation sainte, vous êtes rois, vous êtes prêtres, vous êtes en quelque sorte des Dieux, vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très-Haut. »

    Exagérée la portée de ces mots ? On peut dire qu’ils sont à la portée de l’immense désir d’Eugène de ramener tous ces pauvres à Dieu. Tout est déjà commencé des démarches qui vont conduire à la petite Société des prêtres décidés à « faire connaître et aimer Jésus Christ ».

    L’heure est déjà là où les âmes abattues se dilateront et où, confondus en l’amour de Dieu, les hommes cesseront « de ramper sur la terre » et vivront dès ici-bas en fils du Très-Haut. (Ps 81,6).

    Pour nous aussi ces paroles que je n’hésiterai pas à nommer « Prière sacerdotale » en mémoire de celle de Jésus au Cénacle un Jeudi Saint (Jean 17.1-26).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *