LOUIS TOUSSAINT DASSY, UN OBLAT DOUÉ ET COLORÉ

À partir de maintenant, nous reviendrons régulièrement sur des Oblats dont les noms ont été retenus pour avoir été influents par leur vie et par leur mission au sein de la Congrégation.  Lorsque nous les rencontrerons pour la première fois, j’écrirai sur eux quelques mots de façon à ce que la «Lettre au Père….» soit plus compréhensible et que celui dont on parle soit bien reconnu comme un membre de la Famille Mazenodienne et qu’il n’ait pas l’air d’un nom seulement.

Aujourd’hui je voudrais vous entretenir du Père Louis Toussaint Dassy.

Il est né à Marseille et il entra au grand séminaire, alors sous la direction des Oblats, à l’âge de vingt ans. Un an plus tard, il se joignit aux Oblats et fut ordonné prètre en 1831. À cause de la Révolution de juin 1830, ses premières années se passèrent en Suisse où il prêcha dans les missions paroissiales.

À partir de 1834, on entendra bientôt parler de lui alors qu’il avait rejoint le Sanctuaire de Notre-Dame de l’Osier, la cinquième maison des Oblats.

Yvon Beaudoin écrit sur lui: “Il manifeste bientôt la variété de ses talents: service des pèlerins pendant l’été, missions paroissiales, collaboration étroite avec le supérieur pour la réparation du couvent et la construction d’un hospice pour les pèlerins, composition de quelques ouvrages d’histoire et d’archéologie, etc. Intelligent, cultivé, entreprenant, il réussit dans tous les domaines et fait tout rapidement.”

Cet Oblat talentueux travailla dès lors en France dans différentes fondations Oblates jusqu’en 1853, date à laquelle il fut assigné au Calvaire à Marseille. Beaudoin continue ici son histoire:

Fondateur de l’institut des Jeunes aveugles et de la congrégation des Sœurs de Marie Immaculée (1857).

Au cours de son apostolat au Calvaire et dans ses prédications à Marseille, le père Dassy a rencontré plusieurs aveugles. Il affirme qu’il en compte plus de 200 en ville, dont beaucoup d’enfants. Déjà en 1853, il veut établir une œuvre dans le but d’aider ces malheureux. Il expose son projet à Mgr de Mazenod le 29 juin 1857. Il demande d’aller habiter dans la communauté oblate de Notre-Dame de la Garde et de s’occuper de l’œuvre des Jeunes aveugles qu’il veut établir au pied de la colline. En quelques années l’œuvre prospère, un grand établissement est construit et une congrégation religieuse est fondée.…

En effet, le 17 mai 1858, le père Dassy, bien connu par des articles de revues et quelques ouvrages sur l’histoire de l’Église et des monuments religieux de Marseille, est élu à l’académie de Marseille. Il y rejoint son frère aîné, Joseph, peintre et conservateur du musée de la ville. En 1866, après avoir quitté la Congrégation, l’abbé Dassy, sera nommé secrétaire perpétuel de cette académie. En 1886, il sera décoré de la croix de la légion d’honneur.

Ce fut certainement un homme doué et coloré. Vous trouverez d’autres détails sur lui à l’adresse suivante : https://www.omiworld.org/fr/lemma/dassy-louis-toussaint-fr/

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à LOUIS TOUSSAINT DASSY, UN OBLAT DOUÉ ET COLORÉ

  1. Denyse Mostert dit :

    Merveilleuse idée de nous faire connaître davantage tous ces hommes qui se sont spécialement donnés à la Mission Oblate ! Ce sont les petits détails – ou les grandes réalisations – qui permettent de comprendre ceux avec qui Eugène de Mazenod a fondé et fait vivre la Congrégation des Oblats de Marie Immaculée.

    Louis Toussaint Dassy est né à Marseille et entra au grand séminaire, alors sous la direction des Oblats, à l’âge de vingt ans. Un an plus tard, il se joignit à la Congrégation et fut ordonné prêtre en 1831. Rien à signaler durant les années en Suisse où il est envoyé pour se prémunir en même temps que d’autres, des fureurs toujours possible des acteurs de la Révolution. On dit simplement qu’il « prêcha dans des missions paroissiales ».

    On commence à parler de lui quand il rejoint le Sanctuaire de Notre-Dame de l’Osier. Le biographe Yvon Beaudoin ne tarit pas d’éloges à son sujet. “Il manifeste bientôt la variété de ses talents: service des pèlerins pendant l’été, missions paroissiales, collaboration étroite avec le supérieur pour la réparation du couvent et la construction d’un hospice pour les pèlerins, composition de quelques ouvrages d’histoire et d’archéologie, etc. Intelligent, cultivé, entreprenant, il réussit dans tous les domaines et fait tout rapidement.” Il va sans dire que ces talents ne resteront pas sur la tablette.
    Jusqu’en 1853, on le retrouve en France dans différentes fondations Oblates avant d’être assigné au Calvaire de Marseille.

    Ces talents nombreux ne l’empêchent nullement de vouloir concrétiser la préférence de la Congrégation pour les pauvres. En 1857, il expose à Mgr de Mazenod son désir de rejoindre dans la communauté oblate de Notre-Dame de la Garde et de s’occuper de l’œuvre des Jeunes aveugles qu’il veut établir au pied de la colline. « En quelques années l’œuvre prospère, un grand établissement est construit et une congrégation religieuse est fondée.… »

    Les lauriers vont suivre. « En effet, le 17 mai 1858, le père Dassy, bien connu par des articles de revues et quelques ouvrages sur l’histoire de l’Église et des monuments religieux de Marseille, est élu à l’académie de Marseille. Il y rejoint son frère aîné, Joseph, peintre et conservateur du musée de la ville. En 1866, après avoir quitté la Congrégation, l’abbé Dassy, sera nommé secrétaire perpétuel de cette académie. En 1886, il sera décoré de la croix de la légion d’honneur. »

    Voici bien de quoi décrypter les correspondances du fondateur envers cet Oblat pas comme les autres et tirer profit des différentes manières de servir le Seigneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *