UNE INVITATION À L’OPTIMISME

Au lieu d’être persécuté par les autorités politiques, Eugène demeure optimiste en raison de sa foi en Dieu. Il en fait la réflexion à son ami et confident le P. Tempier :

Vous avez ainsi l’avantage de jouir du plaisir de la surprise quand, contre votre attente, les choses vont mieux que vous les aviez prévues. C’est une compensation du chagrin que l’on éprouve tant que l’on vit sous cette impression noire. Celui qui voit couleur rosé s’épargne cette peine mais aussi il sent moins vivement le bonheur dont il s’était flatté; d’un autre côté s’il s’est trompé dans son espérance comme il ne se rassurait pas entièrement, le coup présumé possible ne l’atterre pas, d’où je conclurais volontiers qu’il vaut mieux pour la paix de son âme et sa tranquillité pencher vers la couleur de rosé que vers le noir.

Lettre à Henri Tempier, le 17 octobre 1833, EO VIII n 468

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to UNE INVITATION À L’OPTIMISME

  1. Denyse Mostert says:

    La clarté n’est pas faite sur la situation d’Eugène. Il lui faut à présent répondre au Gouvernement qui l’accuse de collaboration avec le clan des Carlistes.

    En bon philosophe, il partage à Henri Tempier ses réactions devant la pénible attente du jugement. « Vous avez ainsi l’avantage de jouir du plaisir de la surprise quand, contre votre attente, les choses vont mieux que vous les aviez prévues » dit-il, considérant cela comme une « compensation » pour le « présumé coup possible » qui ne pourra manquer d’advenir.

    Ceci pour « la paix de l’âme et la tranquillité » que Mgr de Mazenod ne manque certes pas de demander lors de ses prières au Dieu qui peut tout.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *