J’AURAIS DEMANDÉ À DIEU DE ME FAIRE MOURIR DANS UN BAIN TIÈDE POUR ME PUNIR DE TANT DE LÂCHETÉ

La réunion de la communauté a été couronnée de succès, à l’exception d’un membre.

Le p. [Martin] seulement, qui n’a pas plus de courage que de bon sens, trouve difficile de concilier le travail qu’on lui a imposé et la régularité que j’exige. Ce n’est pas avec de pareils apôtres qu’on ferait la conquête du monde. Il me semble que si, à vingt-cinq ans, j’avais agi ainsi, j’aurais demandé à Dieu de me faire mourir dans un bain tiède pour me punir de tant de lâcheté.

Lettre a Hippolyte Courtès, 6 mars 1831, EO VIII n 386

Le zélé Eugène, qui brûlait passionnément d’amour pour le Sauveur et voulait que ses Oblats le partagent entre eux et parmi les plus abandonnés, ne pouvait comprendre le manque de passion et de zèle de qui que ce soit.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à J’AURAIS DEMANDÉ À DIEU DE ME FAIRE MOURIR DANS UN BAIN TIÈDE POUR ME PUNIR DE TANT DE LÂCHETÉ

  1. Denyse Mostert dit :

    L’ordre est rétabli dans la communauté de Marseille. «…Il n’a fallu pour cela qu’une demi-heure d’entretien dans lequel j’ai mis chaque chose à sa place et dès cet instant tout a marché dans la perfection », écrit Eugène au P. Courtès. Un bémol cependant : le P. Martin «trouve difficile de concilier le travail qu’on lui a imposé et la régularité que j’exige. » Eugène ne peut que le déplorer, allant jusqu’à comparer l’attitude de l’Oblat avec celle du jeune prêtre qu’il a été lui-même.

    En bon méridional, il imagine ce qui se serait passé s’il avait fait montre du laxisme du P. Martin. « Il me semble que si, à vingt-cinq ans, j’avais agi ainsi, j’aurais demandé à Dieu de me faire mourir dans un bain tiède pour me punir de tant de lâcheté. » Je me prends à sourire : en quoi un bain tiède peut-il servir de punition ? En y réfléchissant bien, pourrait-on conclure que le froid est toujours le bienvenu dans cette Provence aux températures élevées ?

    De toute façon voici bien un exemple de la faconde tout à fait conforme au caractère entier du fondateur. Qui me dit à moi qu’une exagération peut valoir mille mots dès lors qu’elle fait partie d’un contexte bien défini. On parle bien sûr de cet humour qui fait si bien comprendre les choses sans blesser quiconque.

    Quoi qu’il en soit, la marche est haute du chemin qui conduit Eugène vers la sainteté. Nos efforts personnels vers un plus peuvent aussi servir de tremplin à notre entourage. Allons, allons-y gaiement tout en laissant parler notre cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *