EUGÈNE ET L’HISTOIRE DE FRANCE : CONTRE LES COMPROMISSIONS ET LES FAIBLESSES

L’ami-prêtre d’Eugène, Forbin Janson, partait en visite à Rome et Eugène continua sa bataille pour la régularisation et les divisions latentes dans l’archidiocèse d’Aix, en faisant appel à lui pour en informe les cardinaux à Rome.

Dis-leur bien que le temps est favorable pour faire triompher les vrais principes. Il ne faut pas plus dans l’Église d’aristocratie épiscopale qu’il ne faut de démocratie presbytérienne. Que tout soit soumis au chef selon l’institution de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Lettre à Forbin Janson, Juin 1814, EO XV n. 125

Leflon commente :

“Contre les compromissions et les faiblesses, sa fougue provençale n’admettait pas de demi-mesures et l’en  traînait à faire la leçon aux cardinaux romains, voire à Pie VII lui-même. La fièvre du pays l’avait manifestement gagné…”

Leflon II, p. 10

 

 

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à EUGÈNE ET L’HISTOIRE DE FRANCE : CONTRE LES COMPROMISSIONS ET LES FAIBLESSES

  1. Denyse Mostert dit :

    Forbin-Janson demeure l’ami sur lequel on peut compter. Lors de son voyage à Rome, Eugène le charge d’apprendre aux cardinaux les divisions régnant sur l’archidiocèse d’Aix.

    De nos jours on appelle cela des collusions à la recherche d’argent et de pouvoir.
    Cela fait mal d’apprendre qu’en ces temps post-révolutions bien des milieux en sont atteints fut-ce parmi les dirigeants de l’Église catholique. L’Abbé de Mazenod fait face. «Il ne faut pas plus dans l’Église d’aristocratie épiscopale qu’il ne faut de démocratie presbytérienne. », écrit-il, continuant ainsi dans la direction qu’il a choisi de suivre.

    Le biographe Jean Leflon parle d’une « fougue provençale » entraînant le jeune prêtre à se faire entendre en haut lieu. À ses risques et périls toujours car les conseilleurs ne sont pas toujours les bienvenus.

    N’empêche, maintenant que le vent a tourné en France, Eugène se soucie de la purification d’une Église bien éloignée de Jésus Christ. Ses propos vont-ils être entendus en haut-lieux ? S’ensuivra-t-il une situation inconfortable ? Rien de tout cela ne ralentira l’ardeur qu’il partage avec le peuple français.

    Non, Eugène n’est pas un de ces saints souvent représentés mains jointes et les yeux levés vers le ciel ! Il prie, soulage, instruit et sait appliquer un conseil bien connu. « Aide-toi et le ciel t’aidera ». Une ligne de conduite qui vaut pour toutes les époques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *