NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: L’APPEL A UN DYNAMISME PROPHETIQUE

Le coeur de notre spiritualité, le centre de notre charisme et la source de notre mission se trouvent exprimés  ainsi dans notre Règle: “ À travers le regard du Sauveur crucifié nous voyons le monde racheté de son sang, dans le désir que les hommes en qui se poursuit sa passion connaissent eux aussi la puissance de sa résurrection ”(C 4). Nous allons maintenant passer quelque temps à réfléchir sur la constitution suivante de notre Règle de Vie, qui reflète notre vision fondatrice aujourd’hui et nous pousse à faire exactement ceci:

Membres de l’Église prophétique, les Oblats doivent être témoins de la justice et de la sainteté de Dieu, tout en reconnaissant leur propre besoin de conversion. Ils annoncent la présence libératrice du Christ et le monde nouveau, né de sa résurrection. Ils entendent et font entendre la clameur des sans-voix, appel au Dieu qui renverse les puissants de leurs trônes et qui élève les humbles (cf. Lc 1, 52). Ils accomplissent cette mission prophétique dans la communion ecclésiale, en conformité avec les dispositions de la hiérarchie et sous la dépendance des supérieurs.

CC&RR, Constitution 9

Fernand Jetté, notre Supérieur Général de 1974 à 1986, exprime les commentaires suivants:

“Tout le monde reconnaît cependant la nécessité, pour une Congrégation missionnaire consacrée à Pévangélisation des pauvres, de s’ouvrir à cette dimension nouvelle et de s’engager, de façon claire et selon sa vocation propre, dans le combat pour la justice et la défense des droits humains. C’est le sens du présent article, un article important et qui ne manque pas d’élan.

Effectivement, le prophétisme qu’il demande, même s’il porte spécialement sur la justice sociale, est beaucoup plus vaste que la seule défense des droits humains. Il exprime ce qui est au coeur de la vie religieuse, son prophétisme fondamental: la contestation ation du monde, c’est-à-dire du monde très ambigu, marqué par le péché, dans lequel nous vivons, et sa contestation par la justice et la sainteté de Dieu. La vie religieuse, si elle est vécue comme elle doit l’être, de façon radicale, est par son existence même, par la pratique des voeux, une contestation absolue, souvent silencieuse, de tout ce qu’il y a de mondain dans le monde et l’Église, de même que l’annonce d’un monde nouveau, né de la résurrection du Christ.”    L’Homme apostolique, p. 105

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: L’APPEL A UN DYNAMISME PROPHETIQUE

  1. Denyse Mostert says:

    Ce ne sont pas les mots qui manquent pour définir un prophète : cartomancien, devin, inspiré, sorcier, voyant… etc… Le plus souvent on a tendance à l’associer à celui qui annonce le malheur. Ce ne sont certes pas les textes liturgiques de ces derniers jours qui viennent infirmer cette tendance. Jésus non plus ne s’est privé pas d’annoncer des moments difficiles. Et personne ne niera que le malheur n’existe pas. Bien franchement être prophète de malheur ne me tente pas ! Reconnaissons tout de même qu’annoncer un événement ne le fait pas nécessairement advenir. Cela peut au contraire servir d’avertissement, pour qui comprend, que le temps est venu de changer de conduite.

    Tout autre est le langage de la Constitution 9. « Membres de l’Église prophétique » les Oblats (et ceux qui vivent avec eux le charisme d’Eugène de Mazenod) doivent l’être en étant « témoins de la justice et de la sainteté de Dieu ». Des mots qui rendent au prophète ses lettres de noblesses. N’est pas témoin qui se contente de répéter de belles paroles mais bien celui qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte, celui qui saura à l’occasion risquer des inimitiés « en haut lieu » pour secourir ceux qui en ont le plus besoin.

    Voici que me reviennent les paroles d’Isaïe entendues tout dernièrement : “Un rameau sortira de la souche de Jessé … Il ne jugera pas sur l’apparence, il ne se prononcera pas sur des rumeurs. Il jugera les petits avec justice, avec droiture, il se prononcera envers les humbles du pays.” (Isaïe 11)

    Il va sans dire que nous sommes bien loin de celui-là dont le prophète annonce la venue. Cependant, n’est-ce pas déjà un immense pas de conversion que de remettre au Seigneur les pauvretés qui entravent nos pas et de lui offrir notre volonté la plus sincère d’annoncer le bonheur qu’il tient prêt pour chacun de ses enfants ? Dieu « ne jugera pas sur l’apparence ». Il sera à nos côtés et soutiendra la marche de tous ceux qui se tourneront vers Lui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *