NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: ÊTRE IMPRÉGNÉS DE CE QUE NOUS ENSEIGNONS

Toujours ils sont disposés à répondre aux besoins les plus urgents de l’Église par diverses formes de témoignages et de ministères, mais surtout par la proclamation de la Parole de Dieu…

CC&RR, Constitution 7

Notre raison d’exister en tant qu’Oblats et comme Famille Mazenodienne, est la proclamation de la Parole, du Verbe de Dieu. Saint-Eugène nous a enseigné l’attitude que nous devons avoir pour accomplir notre mission. Dans la première Règle de vie qu’il donne aux Oblats, il écrit :

Prêcher, comme l’Apôtre, «Jésus Christ et Jésus Christ crucifié… non pas avec le prestige de la parole, mais par une démonstration de l’Esprit» ,c’est-à-dire en montrant que nous avons médité dans notre cœur les paroles que nous annonçons et que nous avons commencé par pratiquer avant de nous mettre à enseigner.

1818 – Règle Partie 1, Chapitre 3, §1 Prêche

DeMazenod_200th_banner French

«La conviction n’est d’aucune importance tant qu’elle n’est pas devenue une conduite.» Thomas Carlyle

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à NOTRE VISION FONDATRICE AUJOURD’HUI: ÊTRE IMPRÉGNÉS DE CE QUE NOUS ENSEIGNONS

  1. Denyse Mostert dit :

    On l’a dit et répété : « Des pauvres, il y en aura toujours parmi nous. » Et on peut aussi affirmer que des gens de cœur seront toujours là pour pailler dans la mesure du possible les difficultés d’autrui. Et qu’il n’est pas nécessaire pour cela de professer une religion ou de faire partie d’une Congrégation.

    Alors quelle différence entre une personne qui n’appartient à aucune religion et un chrétien, tous les deux désireux de soulager la misère ? À première vue, aucune. Le mal est adouci sinon éradiqué. Des personnes désemparées sont prises en charge. Le sourire peut refleurir sur bien des visages jusque là désolés. Chez le non croyant on peut parler d’altruisme et d’annonce de Jésus Christ chez celui qui a fait l’expérience de l’Évangile.

    La Règle de 1818 Partie 1, Chapitre 3, demeure toujours pertinente. « Toujours [les Oblats] sont disposés à répondre aux besoins les plus urgents de l’Église par diverses formes de témoignages et de ministères, mais surtout par la proclamation de la Parole de Dieu… » Proclamer la Parole, c’est avant tout parler de quelqu’un que la vie nous a donné l’occasion de connaître intimement. Aucun mode d’emploi pour y arriver sinon les événements et des témoins à qui le Christ s’est fait connaître.

    Une mission qui transforme le messager à jamais. Ce n’est que dans l’authenticité qu’il parviendra à rendre crédible l’Évangile. Il aura toujours à traverser de beaux moments et d’autres plus pénibles. Dans les deux cas, Jésus Christ sera présent en filigrane. dans leur vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *