DEUX CENTS ANS PLUS TARD: UN ESPRIT D’OBLATION POUR CHANGER LE MONDE DES PLUS ABANDONNÉS

Eugène concluait son récit officiel des événements de notre approbation avec l’exhortation de répondre en faisant nôtres les paroles de Saint Paul: « Pour moi, je dépenserai très volontiers  et me dépenserai moi-même tout entier pour vos âmes ». (2 Co 12,15)

Maintenant, mes Révérends Pères et Frères très aimés dans le Seigneur, que vous dirai-je de plus à vous à qui le souffle divin qui brûle vos cœurs a tout inspiré, sinon qu’après des signes si nombreux et si grands de la protection d’En-Haut vous devez vous adonner avec empressement à promouvoir la gloire de Dieu, prêts à supporter pour son honneur les plus durs sacrifices ;
que vous avez été choisis, par une grâce spéciale, en ces temps de calamité, pour ranimer la flamme de la piété des premiers disciples de la foi, reproduire dans votre vie les illustres exemples de tant de Religieux qui, par l’exercice attentif de ces mêmes vertus que vous pratiquez, sont arrivés au sommet de la sainteté et ainsi consoler la sainte Mère des chrétiens qui pleure la destruction de ces Ordres broyés en plusieurs lieux par la tempête violente de la persécution ; enfin, que par un effort soutenu vous devez porter secours aux âmes, surtout, suivant l’esprit de notre Institut, aux plus abandonnées, répétant sans cesse avec un joyeux empressement cette parole de l’Apôtre : «Pour moi bien volontiers je dépenserai et je me dépenserai moi-même tout entier pour vos âmes…»

Lettre à tous les Oblats, le 25 Mars 1826, EO VII n 232

 

“Un petit corps d‘esprits déterminés et enflammés par une foi inassouvie dans leur mission peut changer le cours de l’histoire.”   Mahatma Gandhi

This entry was posted in LETTRES and tagged , , , . Bookmark the permalink.

One Response to DEUX CENTS ANS PLUS TARD: UN ESPRIT D’OBLATION POUR CHANGER LE MONDE DES PLUS ABANDONNÉS

  1. Denyse Mostert says:

    Rome, lettre à tous les Oblats, le 25 Mars 1826

    En fait, rien ne semble avoir changé pour les Missionnaires Oblats de Marie Immaculée. Cependant, si ceux qui ont le plus urgent besoin d’apprendre Jésus Christ demeurent le centre de leur action, c’est avec une assurance et une reconnaissance renouvelées qu’ils vont continuer l’œuvre des missions.

    Eugène ne se lasse pas de leur rappeler «la gloire spéciale d’avoir été choisis… pour ranimer la flamme de la piété des premiers disciples de la foi et reproduire dans [leur] vie les illustres exemples de tant de Religieux ». Aucune vanité dans ces propos mais la nette conscience du devoir de reconnaissance qui en découle.

    J’aime y voir un appel à reconnaître sans fausse pudeur les faveurs que nous recevons et qu’elles sont là pour le service de tous. Puissions-nous dire avec Paul « … Bien volontiers je dépenserai et je me dépenserai moi-même tout entier pour vos âmes…»

    Comme dit une publicité bien connue : ‘’ ça ne change pas le monde… Sauf que… Cela peut par contre changer des cœurs car rares sont les actes d’amour qui demeurent sans effet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *