NOTRE RÈGLE DE VIE A PRIS UN CARACTÈRE PLUS IMPOSANT

Plus tôt dans sa lettre, Eugène s’était exclamé :

L’avez-vous entendu, cher ami, et puissent tous nos chers Frères comprendre ce que vaut cette parole sortie de la bouche du chef de l’Eglise de Jésus-Christ!

À présent, il tire de cet instant une conclusion nette : il revient à chaque Oblat de considérer la Règle oblate avec une nouvelle vision et un nouveau sens de responsabilité.

Redoublez tous de ferveur et d’exactitude pour l’observance des Règles. Vous sentez qu’elles ont pris aujourd’hui un caractère plus imposant. Tâchons de répondre à l’attente du chef suprême de l’Église, c’est le moyen d’attirer sur nous et sur notre saint ministère de nouvelles bénédictions

Lettre à Henri Tempier, 22 décembre 1825, EO VI n 213

 

« Nous devons nous ajuster à des temps qui changent et nous en tenir encore à des principes qui ne changent pas. »    Jimmy Carter

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à NOTRE RÈGLE DE VIE A PRIS UN CARACTÈRE PLUS IMPOSANT

  1. Denyse Mostert dit :

    Rome 22 décembre 1825 – Lettre à Henri Tempier

    « Cette Société me plaît, a dit Léon XII. Je veux la favoriser. » Tant d’efforts et de persévérance ont enfin donné leur fruit. Il reste maintenant à franchir les échelons bureaucratiques ad hoc pour que la Société des Oblats de Marie Immaculée soit reconnue par l’Église entière. Voilà qui peut prendre quelque temps encore. Le Pape n’a-t-il pas pris soin d’avertir Eugène de Mazenod que les « usages du Saint Siège » étaient ceux d’il y a cent ans ?

    Bienheureux délai pendant lequel tous vont réaliser la nouvelle dimension de leur Congrégation. Les Constitutions et Règles reconnues par l’Église universelle, ne pourront que donner un élan nouveau aux Oblats de Marie Immaculée. Le climat affermi va favoriser un ministère jadis attaqué de toutes parts. Tout est en place pour une ère nouvelle d’évangélisation d’où sortiront des fruits plus nombreux encore.

    En fait, ce besoin d’approbation est toujours présent. Nous savons bien qu’une action basée sur des assises en bonne et due forme porte en elle bien des chances de satisfaction et d’efficacité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *