ÉTUDIER QUI EST MARIE

En ce qui a trait aux études d’Eugène au séminaire, Lubowicki écrit

(http://www.omiworld.org/dictionary.asp?v=10&vol=1&let=M&ID=1113) :

“ Nous conservons 1373 pages de notes d’Eugène relatives aux cours d’Écriture sainte, de dogme, de théologie morale et de droit canon. Le nom de Marie apparaît dans le traité du Nouveau Testament et dans celui des péchés. Environ dix pages de notes lui sont consacrées parmi les 125 qui concernent le Nouveau Testament. Marie est présentée comme étroitement unie à son Fils. Les vertus qui la distinguent sont l’humilité, la foi sans l’ombre d’un doute et son attitude de méditation en conservant dans son cœur tout ce qu’elle entendait et voyait de son Fils23. Malgré son admiration pour la Vierge, le professeur appelle Marie et Joseph des «gens obscurs» et «pauvres». (Explications ou Notes sur le Nouveau Testament, p. 4, 12 and 15. Ms.: Archives Générales Oblates , DM-III 2b)

Dans le traité des péchés, le professeur demande si Marie a été exempte de tout péché? Tout en faisant connaître l’opinion de Louis Bailly selon laquelle «la sainte Vierge a péché […] en Adam», le professeur explique clairement que Marie «ne fut jamais touchée par le péché originel». Quand Eugène entend dire que des génies tels que saint Bernard et l’abbé Rupert étaient contraires à l’Immaculée Conception, il commente:

«Que faut-il conclure? Qu’ils n’ont pas saisi le sens de la tradition et qu’ils se sont trompés»”

Le futur fondateur des Missionnaires Oblats de Marie Immaculée avait certainement ses convictions fermes à ce sujet ! Aujourd’hui, nous gardons cette même conviction dans notre Règle de Vie :

“ Partout où les conduira leur ministère, ils chercheront à promouvoir une dévotion authentique envers la Vierge Immaculée, préfiguration de la victoire finale de Dieu sur tout mal..”

CC&RR, Constitution 10

 

“Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens. 20 Puis les bergers s’en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé.”    Évangile selon S. Luc 2 : 19-20

Ce contenu a été publié dans ÉCRITS, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à ÉTUDIER QUI EST MARIE

  1. Denyse Mostert dit :

    1811 et suivantes : Séminaire Saint-Sulpice

    Bienheureuses les notes de cours d’Eugène de Mazenod séminariste à Saint-Sulpice ! 1373 pages relatives aux cours d’Écriture sainte, de dogme, de théologie, morale et de droit canon… Et, dans l’étude sur le Nouveau Testament et le traité sur le péché, dix pages de notes sont consacrées à Marie. « Marie y est présentée comme étroitement unie à son Fils. Les vertus qui la distinguent sont l’humilité, la foi sans l’ombre d’un doute et son attitude de méditation en conservant dans son cœur tout ce qu’elle entendait et voyait de son Fils… »

    Jusque là, aucun problème. Mais voilà que s’amène l’épineuse question à laquelle la foi seule permet de répondre. Selon les uns, Marie « ne fut jamais touchée par le péché originel ». D’autres professent le contraire.

    «Que faut-il conclure? » écrit Eugène, et ceci prend figure d’affirmation : « Qu’ils n’ont pas saisi le sens de la tradition et qu’ils se sont trompés»

    Si Marie nous demandait ce matin ce qu’elle représente à nos yeux, que pourrions-nous lui répondre sinon que sa vie a été une adhésion sans retour à la volonté de Dieu ? N’est-ce pas là qui fait d’elle l’Immaculée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *