LA FORMATION : DES JEUNES GENS QUI VIENNENT AU NOVICIAT SANS SAVOIR DE QUOI IL S’AGIT

La lettre de Henri Tempier ne faisait pas seulement allusion à la mauvaise conduite de Vachon, mais tout autant au fait que cinq novices avaient quitté le noviciat sans avoir prononcé leurs vœux. Cela amena Eugène à faire une réflexion sérieuse à propos de la formation des Oblats durant le Noviciat.

Réfléchissez à ce que je vous ai dit dans une de mes lettres sur notre noviciat. Il n’est pas monté à mon goût. C’est un grand malheur qu’il soit comme [cela]. Il faut absolument en venir à ce qu’il n’y ait de novices que ceux qui veulent véritablement être tels, qui sollicitent cette faveur comme une grâce, sur la résolution desquels on puisse compter.
Il était donc essentiel que tout candidat qui venait se joindre aux Oblats soit convaincu à propos de ce à quoi il allait se joindre, et qu’il ait les qualités nécessaires pour être un missionnaire.
Qu’est-ce que c’est que ces enfants qui viennent sans savoir seulement de quoi il s’agit, qui n’ont aucune disposition au recueillement, qui ont l’esprit volage, en un mot, une très mauvaise tournure. Tout ce que je vois depuis que je suis dans ces contrées ne ressemble point du tout à cela. Quelle modestie, quelle soumission, quelle piété! En passant à Turin, à Gênes, à Viterbe. Ici, quels péchés d’envie n’ai-je pas faits, ou du moins, combien n’ai-je pas soupiré après le bonheur de voir un pareil esprit s’établir chez nous. Tout le mal vient de là. Il est urgent d’y pourvoir pour l’avenir.

Lettre à Henri Tempier, 26 novembre 1825, EO VI n. 208

 Aujourd’hui, notre Règle de Vie nous dit ceci :

« Le noviciat, période d’initiation du candidat à la vie religieuse oblate, est orienté vers un engagement public dans la Congrégation… Sous la conduite du Maître des novices, les aspirants s’appliquent à saisir le sens de la vie consacrée. Ils peuvent ainsi discerner plus clairement l’appel du Seigneur et, dans la prière, se disposer à y répondre. »   CC&RR, Constitution 55

 

« La plupart des novices se voient comme des maîtres – et sont satisfaits d’une telle image. Voilà pourquoi il y a si peu de maîtres. »    Jean Toomer

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LA FORMATION : DES JEUNES GENS QUI VIENNENT AU NOVICIAT SANS SAVOIR DE QUOI IL S’AGIT

  1. Denyse Mostert dit :

    1825
    Cinq jeunes hommes quittant le noviciat d’un seul coup, il y a de quoi réfléchir !
    « Qu’est-ce que c’est que ces enfants qui viennent sans savoir seulement de quoi il s’agit, qui n’ont aucune disposition au recueillement, qui ont l’esprit volage, en un mot, une très mauvaise tournure ? » se demande le Fondateur.

    Il ne peut s’empêcher d’établir une comparaison avec le ‘’paysage’’ religieux qui s’est offert à lui à Turin, Gênes et Viterbe. « Combien, ajoute-t-il, n’ai-je pas soupiré après le bonheur de voir un pareil esprit s’établir chez nous. »

    L’herbe, dit-on, est toujours plus verte dans le champ du voisin. Voilà bien une maxime qu’on ne peut certes appliquer à Eugène de Mazenod dans ce cas précis. Il suffit de se rappeler les conditions difficiles que vivent en ce moment même les Missionnaires de Provence pour comprendre combien doivent leur être ardues à vivre les qualités de « modestie, soumission et piété » de ces communautés italiennes dont Eugène fait l’éloge.

    Cependant, la raison première du marasme se trouve dans une formation inadéquate. Cap donc sur un « noviciat… au cours duquel les aspirants s’appliqueront à saisir le sens de la vie consacrée » et y répondront en toute connaissance de cause…

    En fait, tout acte d’engagement à long terme devrait être précédé d’une solide réflexion… Il m’est arrivé souvent de faire naître des sourires en souhaitant un  »noviciat sérieux » pour les futurs mariés. Si le mot convient mal, une telle exploration de soi pourrait par contre se révéler bénéfique. Bien sûr, les fiançailles existent… mais peut-on dire qu’on s’y attache vraiment à dresser le tableau réaliste d’une vie conjugale avec ses ombres et ses lumières ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *