LES VŒUX : PROCLAMER L’AVÈNEMENT D’UN NOUVEAU MONDE LIBÉRÉ DE TOUT ÉGOÏSME

Ajoutez à cela que, la cupidité étant un des vices qui fait le plus de ravages dans l’Église, nous serions portés, selon l’esprit de notre Institut, qui est un esprit de réparation, d’ offrir à Dieu la compensation de ce vice, en adoptant la pauvreté volontaire comme les saints l’ont pratiquée avant nous..

Règle de 1818, Deuxième partie, Chapitre premier, § 1. De l’esprit de pauvreté.

L’appel d’Eugène est un appel à l’oblation, un don de soi, pour montrer qu’une seule chose suffit :“Bien plus, désormais je considère tout comme désavantageux à cause de la supériorité de la connaissance du Christ Jésus mon Seigneur. À cause de lui j’ai accepté de tout perdre, je considère tout comme déchets, afin de gagner le Christ.” (Philippiens 3:8)

Ou dit en d’autres mots, aujourd’hui :

Ce choix nous incite à vivre en communion plus étroite avec le Christ et les pauvres; il conteste ainsi les excès du pouvoir et de la richesse et proclame la venue d’un monde nouveau, libéré de l’égoïsme et ouvert au partage.

CC&RR, Constitution 20

 

«La croix est l’affirmation constante de ce que nous faisons l’un pour l’autre et pour nous-mêmes. La résurrection est l’affirmation constante de ce que Dieu fait pour nous en retour.»     Richard Rohr, Pâques 2012

 

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à LES VŒUX : PROCLAMER L’AVÈNEMENT D’UN NOUVEAU MONDE LIBÉRÉ DE TOUT ÉGOÏSME

  1. Denyse Mostert dit :

    On le sait. C’est à un peuple opprimé depuis des années que les Missionnaires de Provence ont à rappeler qu’il existe une espérance, qu’elle a pour nom Jésus Christ et que leur vie de misère peut, en lui, prendre fin. Le défi est très grand, les appuis manquent. Cette même Église sur laquelle ils pourraient logiquement compter n’a pas échappé à l’appât du gain.

    On imagine le désarroi d’Eugène de Mazenod devant cette institution, à laquelle il demeurera d’ailleurs inébranlablement fidèle, gravement atteinte de «cupidité… un des vices qui fait le plus de ravages dans l’Église », écrit-il.

    Désarroi, colère… tant de sentiments ravageurs auraient pu mettre un frein à la volonté de venir au secours des opprimés silencieux. Rien de tel chez Eugène. La Règle de 1818 sera un appel à «la pauvreté volontaire » dont les saints ont donné de nombreux exemples.

    Voici qui ramène à l’oblation. Cette reconnaissance au sein de leur vie de l’unique nécessaire va faire des Missionnaires de Provence des émissaires crédibles de Jésus Christ.

    Hormis les mots, rien n’a changé aujourd’hui. Dans un monde où le je-me-moi occupe une place prépondérante, Missionnaires Oblats de Marie Immaculée et membres de la grande famille mazenodienne ont toujours à vivre «en esprit et en vérité » avec le Christ qu’ils ont choisi de suivre.

    Vie simple et amour des plus pauvres, ne voilà-t-il pas une manière de vivre qui peut poser question et, qui sait, ouvrir le chemin à une justice plus grande ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *