LES VŒUX : INVITÉS COMME LES PREMIERS CHRÉTIENS À TOUT PARTAGER

Le modèle du comment « ÊTRE » était celui de Jésus et des Apôtres, qui s’est développé ensuite au sein de la première communauté chrétienne. En ce qui a trait à l’esprit de pauvreté, il écrivait :

Les premiers chrétiens furent fidèles à suivre ce conseil à la lettre. Ils avaient encore présent l’exemple que leur avait donné leur divin Maître…
Ces raisons auraient été plus que suffisantes pour nous déterminer, dans notre Institut qui veut nous faire marcher sur la trace des premiers chrétiens et selon l’esprit des plus saints Ordres religieux, à adopter ce point essentiel de la vie parfaite et religieuse.

Conséquemment,

Alors, tout sera en commun dans la Société et personne n’aura rien en propre.

À quel point il était rude à propos du modèle apostolique se voit lorsqu’il écrivait :

Le revenu de chaque maison ne pourra pas s’élever au-delà de six mille francs, revenu suffisant pour l’entretien de douze prêtres et de sept frères servants, qui, au plus, pourront habiter dans une maison..

Règle de 1818, Deuxième partie, Chapitre premier, § 1. De l’esprit de pauvreté

Il fait allusion de façon symbolique aux 12 apôtres et aux 7 diacres du Nouveau Testament. Il est intéressant de noter que c’est là la première fois dans la Règle qu’il parle des Frères missionnaires. Ils en sont venus à exister quelques années plus tard que ce texte.

Aujourd’hui,

Animés par l’Esprit qui poussait les premiers chrétiens à tout partager, les Oblats mettent tout en commun. Ils adoptent un genre de vie simple et considèrent comme essentiel, pour leur Institut, de donner un témoignage collectif de détachement évangélique.

CC&RR, Constitution 21

 

« Celui qui voudrait être serein et pur n’a besoin que d’une chose, le détachement. » Maître Eckhart

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LES VŒUX : INVITÉS COMME LES PREMIERS CHRÉTIENS À TOUT PARTAGER

  1. Denyse Mostert dit :

    Pendant longtemps j’ai vu le vœu de pauvreté comme synonyme d’abnégation, de renoncement total ‘’aux biens de la terre’’ réservé aux seules personnes consacrées. Et voilà qu’Eugène de Mazenod adopte comme modèle pour la Congrégation les gens ‘’ordinaires’’ qui ont formé les premières communautés chrétiennes !

    À leur exemple les Missionnaires de Provence garderont «présent l’exemple que leur avait donné leur divin Maître… » Ils se souviendront de Jésus qui a tonné contre les injustices tout en louant les bienfaits des biens mis au service de tous. Ils se souviendront que « toute peine mérite salaire » (Mt 10 :10) et cette assurance du pain quotidien leur donnera une disponibilité totale pour la Bonne Nouvelle.

    Tout ceci paraît simple. La réalité l’est un peu moins tant pour les membres des communautés que pour les chrétiens ‘’dans le monde’’ qui ont à coeur de vivre la radicalité de l’évangile.

    Il va sans dire que le vœu de pauvreté implique bien des détachements. Ceux auxquels les religieux consentent a priori parce qu’ils font partie des petits irritants habituels de la vie et ceux qui leur sont imposés par une société en pleine mutation où il devient parfois héroïque de reconnaître Jésus comme seul Maître et Seigneur.

    Et nous savons tous qu’il n’est pas besoin d’être millionnaire pour posséder des biens auxquels nous tenons. Tant de choses peuvent devenir sujet d’attachement et même de hantise dans la crainte d’un partage éventuel : famille, travail, relations, position sociale, et tous ces petits objets qui parlent de tendresse…

    À mon avis, aucun cours magistral ne peut offrir la liberté du coeur qui fait qu’on peut vivre l’idée de partager, ne fut-ce qu’une petite partie de nos biens, en gardant une certaine sérénité.

    Alors ? Vœu de pauvreté pour tous ? Si le terme paraît inadéquat, l’unique solution s’impose : « posséder comme ne possédant pas » dit saint Paul.

    Prendre conscience que le seul bien nécessaire est Jésus Christ. Et que tout ce qui nous a été donné doit être mis au service de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *