LES VŒUX : VOTRE ATTITUDE DOIT ÊTRE LA MÊME QUE CELLE DU CHRIST JÉSUS

Le modèle d’Eugène pour vivre cet esprit de pauvreté fut ce qu’il apprit des premiers chrétiens :

Les premiers chrétiens furent fidèles à suivre ce conseil à la lettre. Ils avaient encore présent l’exemple que leur avait donné leur divin Maître

C’était de vivre leur oblation en « imitant les vertus et les exemples de Jésus Christ » :

qui voulut naître dans une étable
et mourir sur une croix
après avoir vécu dans le dénuement de toutes choses,
puisqu’il n’avait pas un denier pour payer le tribut à César, ni même une demeure où il pût reposer sa tête.

Règle de 1818, Deuxième partie, Chapitre premier, § 1. De l’esprit de pauvreté.

L’esprit de pauvreté est l’esprit de simplicité, ne pas encombrer notre vie en s’attachant à des possessions, des ambitions et des occupations inutiles. L’esprit de pauvreté nous met au défi d’enlever de notre vie tout ce qui fait obstacle à l’ouverture à la présence de Dieu et des autres – surtout notre égo aux dimensions royales.

Que personne ne recherche son propre intérêt, mais que chacun de vous pense à celui des autres.
Comportez-vous entre vous comme on le fait quand on connaît Jésus-Christ:
Il possédait depuis toujours la condition divine, mais il n’a pas voulu demeurer de force l’égal de Dieu.
Au contraire, il a de lui-même renoncé à tout ce qu’il avait et il a pris la condition de serviteur. Il est devenu homme parmi les hommes, il a été reconnu comme homme;
il a choisi de vivre dans l’humilité et s’est montré obéissant jusqu’à la mort, la mort sur une croix!

Philippiens 2:4-8

Ce contenu a été publié dans RÈGLE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LES VŒUX : VOTRE ATTITUDE DOIT ÊTRE LA MÊME QUE CELLE DU CHRIST JÉSUS

  1. Denyse Mostert dit :

    Apprendre que ‘‘le modèle d’Eugène pour vivre cet esprit de pauvreté fut ce qu’il apprit des premiers chrétiens’’, me réconforte d’entrée de jeu.

    Parce que la plupart d’entre eux étaient des hommes ‘ordinaires’, on peut dire des laïcs. Ils avaient charge de famille avec tout ce que cela suppose de problèmes bien concrets. Ils ont vu Jésus, ils ont écouté ses paroles, été témoins de sa compassion et rejoints par son invitation à une vie de partage.

    Les Actes nous les montrent ‘’persévérants dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain et dans les prières ‘’. Les Missionnaires de Provence vont adopter un mode de vie semblable à celui de ces hommes et ces femmes ‘’ vivant dans le même lieu et mettant tout en commun’’
    (Ph 2 :4)

    Pas si facile qu’il n’y paraît l’esprit de pauvreté ! Il y faut la simplicité, frisant parfois l’héroïsme, de résister à certains projets qui pourraient supplanter vie intérieure et préoccupation des autres. Il faut faire la part des choses et savoir choisir celles qui se rapprochent le mieux de l’évangile. À l’exemple de Jésus dont l’unique préoccupation était l’amour de son Père et celui du prochain.

    « Que personne ne recherche son propre intérêt, écrit saint Paul, mais que chacun de vous pense à celui des autres. » (Ph 2 :4)

    La pauvreté évangélique, loin d’être une incitation à la passivité, nous invite au contraire à demeurer attentifs et prêts à secourir ceux qui souffrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *