VOUS DEVEZ ÊTRE PLUS OUVERTEMENT UN CHRÉTIEN, UN PRÊTRE ET UN APÔTRE

Poursuivant ses réflexions sur le crucifix missionnaire, Eugène reproche à Forbin Janson de s’être laissé influencer par ceux qui critiquaient l’usage manifeste du crucifix.

Il faut bien que tout ce que nous avons expérimenté ait été reconnu de tout temps, puisque dans les autres pays catholiques, tous les missionnaires le portent comme le titre de leur mission, etc.
Je ne conçois pas comment vous vous êtes arrêtés aux faibles raisons que ceux d’entre vous qui n’étaient pas d’avis que vous le portassiez, ont données. C’est à mes yeux un acte de faiblesse, un tribut honteux que vous avez voulu payer à la philosophie d’un petit nombre de personnes, dont vous auriez dû mépriser le dédain.
Il semble que vous avez craint de participer à la folie de la croix. Que te dirai-je! Je blâme cette prudence humaine. Il faut être plus franchement chrétien, prêtre et apôtre que vous ne l’avez été dans cette circonstance. Tu sais que je dis franchement ma pensée. D’ailleurs, je ne le dis qu’à toi. Il n’y donc pas lieu à excuses..

Lettre à Forbin Janson, 9 octobre 1816, E.O. VI n.14

Ce contenu a été publié dans LETTRES, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à VOUS DEVEZ ÊTRE PLUS OUVERTEMENT UN CHRÉTIEN, UN PRÊTRE ET UN APÔTRE

  1. Denyse Mostert dit :

    « Sous l’Ancien Régime, en France comme dans toutes les sociétés traditionnelles le port de certains vêtements, de certains signes, et même de couleurs particulières était codifié… Les privilèges de la noblesse et le clergé pouvaient se reconnaître à leur aspect vestimentaire. » (*) Vu de cette façon il apparaît logique que, sous la Révolution, le crucifix soit devenu lui aussi élément jugé subversif.

    En 1816 pourtant, certains hésitent encore à afficher ouvertement ce signe de leur foi. Ainsi Forbin-Janson à qui Eugène de Mazenod adresse un réquisitoire soutenu.

    D’abord la logique de l’expérience : « Il faut bien que tout ce que nous avons expérimenté ait été reconnu de tout temps… ». Ensuite un signe de faiblesse manifeste : « C’est à mes yeux un acte de faiblesse, un tribut honteux que vous avez voulu payer à la philosophie d’un petit nombre de personnes, dont vous auriez dû mépriser le dédain. » Et pour terminer : « la crainte de participer à la folie de la croix ».

    Quelle relation solide que celle qui permet à l’un de ces deux hommes d’exprimer aussi profondément sa pensée et à l’autre de la recevoir comme l’expression d’une amitié véritable !

    Et quel enseignement nous pouvons une fois de plus recueillir de notre Fondateur quand il écrit : « Il faut être plus franchement chrétien… » En 2011, les raisons demeurent essentiellement celles évoquées par Paul dans sa 1ière Épitre aux Corinthiens.

    Être plus franchement chrétien parce que, à une époque d’énorme avancée scientifique, « en devenant homme, j’ai éliminé tout ce qu’il y avait de puéril. » Être plus franchement chrétien, sans ostentation aucune, parce que l’amour vrai « n’est pas envieux, il n’est pas infatué ni hautain ». Être plus franchement chrétien parce que je crois avec saint Paul qu’« actuellement, trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’Amour; mais [que] la plus grande des trois, c’est l’Amour. »

    Et tout cela depuis que la croix, objet de scandale est devenue signe indéfectible de l’amour qui sauve. Parce que Jésus de Nazareth n’a pas failli à sa mission et que sa mort a ouvert une immense Espérance de Vie au genre humain.

    (*) http://www.laicite-laligue.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *