JE ME SUIS MAL TROUVÉ DE N’AVOIR PAS COMPRIS CELA ASSEZ TÔT

Sommeil.
Il faut donc qu’il dorme et qu’il mange; et quand il est épuisé, qu’il se repose.
Je me suis mal trouvé de n’avoir pas compris assez tôt cela. Il est encore temps d’y pourvoir, le mal n’est pas sans remède; mais ce serait folie de différer davantage.
Quoi qu’il arrive, je dormirai le temps qu’il faut pour n’être pas abîmé le matin en me levant, comme il m’arrive habituelle-ment. J’ai à me reprocher des excès en ce genre, à dater de la première année de mon séminaire. Je reconnais que je serais coupable de ne pas changer de système, puisque ma santé, qui était inaltérable, en a déjà beaucoup souffert. L’exemple des saints m’a séduit, mais apparemment que le bon D[ieu] ne demande pas la même chose de moi, puisqu’il semble m’en avertir par la diminu¬tion de mes forces et le dérangement de ma santé.
Je crois qu’il faudra que j’en vienne à dormir sept heures. C’est dur, j’en conviens, mais que puis-je y faire, si le bon Dieu et les médecins l’exigent.

Notes de retraite, Juillet-Août 1816, E.O. XV n 139

Ce contenu a été publié dans NOTES DE RETRAITE, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à JE ME SUIS MAL TROUVÉ DE N’AVOIR PAS COMPRIS CELA ASSEZ TÔT

  1. Denyse Mostert dit :

    Eugène de Mazenod a enfin compris qu’il lui faut« tirer le meilleur parti que l’on peut de l’âne », ce corps qu’il n’a pas ménagé « à dater de sa première année » de séminaire.

    Oui, il a outrepassé ses forces. Pouvait-il en être autrement de la part de ce jeune méridional qui ne fait rien à moitié ? En réponse à l’appel du Christ Sauveur et séduit par « l’exemple des saints », Eugène se donne à fond, fort de sa foi et avec toute la fougue de sa jeunesse. Jusqu’au moment où ses forces l’abandonnent…

    Burn-out, dirait-on de nos jours. En quelques mots, Eugène fournit un excellent « mode d’emploi » pour s’en sortir à ceux qui en sont victimes.

    D’abord la prise de conscience : « Je me suis mal trouvé de n’avoir pas compris assez tôt cela. Il est encore temps d’y pourvoir, le mal n’est pas sans remède; mais ce serait folie de différer davantage… »

    Puis la découverte que l’appel de Dieu est spécifique à chacun : «L’exemple des saints m’a séduit, mais apparemment que le bon D[ieu] ne demande pas la même chose de moi.. »

    Et enfin la nécessaire acceptation de cet « exil » qui lui est imposé… « C’est dur, j’en conviens, mais que puis-je y faire, si le bon Dieu et les médecins l’exigent. »

    Eugène homme de foi ! Eugène homme d’action ! Eugène homme de réflexion ! Eugène psychothérapeute à invoquer pour refaire des forces par instants défaillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *