L’OBLATION : UNE PRIÈRE À L’EFFET QUE NOUS TOUS PUISSIONS COMPRENDRE LA VALEUR DE L’OBLATION

Ils étaient tellement convaincus de la valeur de l’acte qu’ils posaient en prononçant leurs vœux, qu’ils voulaient que tous les autres puissent partager ce dont ils faisaient l’expérience. Ils prièrent que leurs autres compagnons en viennent à la même évaluation :

…et nous priâmes ce divin Maître, si sa sainte volonté était de bénir notre œuvre, d’amener nos compagnons présents, et ceux qui, dans l’avenir, s’associeraient à nous, de comprendre tout ce que valait cette oblation de tout soi-même, faite à Dieu, quand on voulait le servir sans partage et consacrer sa vie à la propagation de son saint Évangile et à la conversion des âmes.

Rambert I, pp.187-188

Je trouve assez touchant que l’on priât en ce soir-là pour « ceux qui, dans l’avenir, s’associeraient à nous ». Ce qui signifie qu’Eugène pria pour moi et pour toute autre personne qui a été associée à son rêve, comme faisant partie de la grande famille mazenodienne ! La prière d’Eugène reflète la prière de Jésus à la dernière Cène : « Je ne prie pas pour eux seulement, mais pour ceux-là aussi qui, grâce à leur parole, croiront en moi. Que tous soient un. » (Jean 17 :20)

Ce contenu a été publié dans JOURNAL, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à L’OBLATION : UNE PRIÈRE À L’EFFET QUE NOUS TOUS PUISSIONS COMPRENDRE LA VALEUR DE L’OBLATION

  1. Denyse Mostert dit :

    En cette nuit du Jeudi Saint 1816, Eugène de Mazenod et le P. Tempier vivent ensemble la joie surnaturelle de l’oblation totale de leur vie à Dieu. Et ils prient.

    « …Et nous priâmes ce divin Maître, si sa sainte volonté était de bénir notre œuvre, d’amener nos compagnons présents, et ceux qui, dans l’avenir, s’associeraient à nous, de comprendre tout ce que valait cette oblation de tout soi-même, faite à Dieu… » écrit Eugène.

    Ces quelques mots ne contiennent-ils pas les éléments d’une prière lucide et authentique ?

    Demande lucide. Eugène de Mazenod et Henry Tempier savent que rien n’est acquis de leur projet missionnaire de réunir des prêtres qui vont se consacrer à « faire connaître et aimer Jésus Christ ».

    Demande authentique comme leur foi en Dieu. Tout en demeurant subordonnée à la « sainte volonté [du] divin Maître », leur soumission se vit sur fond d’espérance. La perspective de compagnons venant les rejoindre est loin d’être écartée.

    Lucide et authentique encore cette prière pour ceux-là qui viendront afin qu’ils saisissent « tout ce que [vaut] cette oblation de tout soi-même, faite à Dieu… ».

    Une telle prière, le regard vers le ciel et les deux pieds sur terre me rejoint énormément. Aucun « marchandage » ne s’y devine, aucune réponse extra-ordinaire n’en est attendue. Seule l’espérance que tout concoure à faire, dans le cœur de ceux qui rejoindront Eugène et Henri Tempier, des messagers crédibles de la Bonne Nouvelle.

    Prière ecclésiale venant rejoindre la « prière sacerdotale » de Jésus le soir du Jeudi Saint. Sources de réconfort pour nous tous qui tâchons de vivre au mieux le charisme oblat.

Répondre à Denyse Mostert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *