SAINT EUGÈNE, UN PRÊTRE QUI AIMAIT DE L’AMOUR DE JÉSUS-CHRIST –  DANS SES PROPRES MOTS

“Comme par une forte secousse étrangère” il ressent de plus en plus l’appel à être prêtre et il décide de quitter Aix, pour entrer au séminaire:

… la vocation qui m’appelait à me dévouer au service et au bonheur de mon prochain que j’aimais de l’amour de Jésus-Christ pour les hommes.

Journal du 31 mars 1839, E.O. XX

1808 : Séminariste à Saint Sulpice, à Paris:

Je me suis dévoué au service de l’Église parce qu’elle était persécutée, parce qu’elle était abandonee

Lettre à son père, E.O. XV n. 129

Le 21 décembre 1811, ordination sacerdotale à la cathédrale d’Amiens:

Mon Dieu, c’en est fait désormais et pour toute ma vie. Vous, vous seul serez l’unique objet auquel tendront toutes mes affections et toutes mes actions. Vous plaire, agir pour votre gloire, sera mon occupation journalière, l’occupation de tous les instants de ma vie. Je ne veux vivre que pour vous, je ne veux aimer que vous et tout le reste en vous et par vous. Je méprise les richesses, je foule aux pieds les honneurs; vous m’êtes tout, vous me tenez lieu de tout. Mon Dieu, mon amour et mon tout: “Deus meus et Omnia”.

Notes de retraite avant son ordination sacerdotale, le 21 décembre 1811, E.O. XIV n.95

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à SAINT EUGÈNE, UN PRÊTRE QUI AIMAIT DE L’AMOUR DE JÉSUS-CHRIST –  DANS SES PROPRES MOTS

  1. Denyse Mostert dit :

    SAINT EUGÈNE, UN PRÊTRE QUI AIMAIT DE L’AMOUR DE JÉSUS-CHRIST – DANS SES PROPRES MOTS

    « Comme par une forte secousse étrangère” (du Vendredi Saint 1804), Eugène ressent de plus en plus l’appel à être prêtre et il décide de quitter Aix, pour entrer au séminaire. » (Frank Santucci)

    Il désire servir Dieu en premier mais pas n’importe comment. Comme son caractère du « tout ou rien » semble le prédisposer au meilleur, c’est avec Jésus Christ qu’il découvrira comment répondre à cette vocation qui l’invite à se dévouer aux autres, c’est-à-dire en les aimant « de l’amour de Jésus-Christ pour les hommes. » La barre est haute mais on sait comment, avec l’aide de Dieu, notre Fondateur demeurera fidèle à cet engagement. Il pourra alors écrire avec la plus grande sincérité : « Je me suis dévoué au service de l’Église, parce qu’elle était persécutée, parce qu’elle était abandonnée » Son Église, il la servira de diverses manières notamment dans les plus démunis de ses enfants.

    « Mon Dieu, mon amour et mon tout: “Deus meus et Omnia ».

    Oserai-je formuler vraiment le désir d’Eugène? Devant la peur de ma faiblesse, je compterai sur la grâce divine pour qu’elle guide mes pas là où est mon destin. Un appel pour tous. Et c’est ici que nous aurons à expérimenter les bienfaits de la prière communautaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *