LE CHAPITRE A DONNÉ L’IMPRESSION D’UNE FAMILLE UNIE AUTOUR DE SON CHEF OÙ CHAQUE MEMBRE TRAVAILLE FORT POUR ÊTRE DIGNE DE SA MISSION

Les voyages d’Eugène de 1837 se terminent avec son retour à Marseille pour le Chapitre Général des Missionnaires Oblats, une importante assemblée de prise de décision qui a lieu chaque six ans.

Cette réunion a quelque chose de touchant pour un père qui se retrouve au milieu de ses enfants.

Eugène de Mazenod, Le Journal, 3 Août 1837, EO XVIII

Cette Assemblée représentante a été presque focalisée exclusivement sur le renouvellement de vie interne de la congrégation, et elle faisait l’écho de l’exaltation de la Préface: “Ils doivent se renouveler constamment dans l’esprit de leur appel”

Les actes du chapitre feront foi de ce qui s’est passé dans cette assemblée mémorable par le bon esprit qui en animait tous les membres. Chacun sentait vivement de son côté le bonheur de se voir réuni dans une pareille circonstance.

Le chapitre a donné en effet le spectacle d’une famille réunie autour de son chef, dont tous les membres s’efforcent à l’envi de se rendre dignes de leur mission. La cordialité la plus fraternelle a régné tout le temps, le zèle le plus prononcé pour atteindre la perfection de leur vocation, l’attachement à ma personne et à la congrégation se sont montrés avec épanchement. L’on s’est retiré enfin avec la ferme volonté de bien profiter des lumières que Dieu a répandues sur l’assemblée et de travailler efficacement à sa propre perfection et à l’avancement de l’œuvre sainte qui nous est confiée.

Eugène de Mazenod, Le Journal, mise-à-jour Août 1837, EO XVIII

Aujourd’hui, Saint Eugène continue de se réjouir que sa famille missionnaire, constituée de différentes vocations, grandit en unité de spiritualité et mission, et les différentes vocations de ses membres manifestent leur charisme missionnaire.

« Tous les jours, d’un commun accord, ils se retrouvaient dans la cour du Temple ; ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leurs repas dans la joie, avec simplicité de cœur.  Ils louaient Dieu, et le peuple tout entier leur était favorable. Le Seigneur ajoutait chaque jour à leur communauté ceux qu’il sauvait. » (Actes 2:46-47)

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à LE CHAPITRE A DONNÉ L’IMPRESSION D’UNE FAMILLE UNIE AUTOUR DE SON CHEF OÙ CHAQUE MEMBRE TRAVAILLE FORT POUR ÊTRE DIGNE DE SA MISSION

  1. Denyse Mostert dit :

    CHAPITRE 1837 – COMME UNE FAMILLE AUTOUR DE SON CHEF…
    De retour à Marseille, les Oblats sont conviés à ce Chapitre qui a compté double pour tout le monde et d’abord pour le Fondateur.

    Cette Assemblée a été presque entièrement focalisée sur le renouvellement de vie interne de la congrégation, tout en étant l’écho de l’exaltation de la Préface des Constitutions: “Ils doivent se RENOUVELLER constamment dans L’ESPRIT DE LEUR APPEL”.

    Un seul objectif : AIMER DIEU ET LE FAIRE AIMER par ceux qui nous sont proches et surtout par les plus démunis qui n’ont jamais entendu parler de Lui. Rien de bien difficile à formuler mais de beaux et continuels RENONCEMENTS pour l’accomplissement de la mission propre à chacun.

    Aujourd’hui, nous prions afin que cet idéal donne à nos groupes d’oblats et d’associés le même parfum de sainteté qu’a ceux qui ont assisté à ce chapitre de 1837.
    et, à l’exemple de Frank Santucci, pourquoi ne pas terminer cette réflexion par un passage des Actes des Apôtres ?

    « Tous les jours, d’un commun accord, ils se retrouvaient dans la cour du Temple ; ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leurs repas dans la joie, avec simplicité de cœur. Ils louaient Dieu, et le peuple tout entier leur était favorable. Le Seigneur ajoutait chaque jour à leur communauté ceux qu’il sauvait. » (Actes 2:46-47)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *