“ÊTRE” EN COMMUNAUTE PASSE AVANT “FAIRE” LA MISSION

Le Sanctuaire de Notre-Dame de Laus se préparait pour la saison  très achalandée du pèlerinage d’été où les Oblats seraient fiévreusement occupés par leur ministère pastoral auprès des pèlerins.

Voici les fêtes de la Pentecôte, recommandez à toute la communauté, en mon nom, de redoubler la surveillance pour que le concours de tant d’étrangers ne jette pas dans une sorte de dissipation extérieure qui ne serait pas édifiante dans des hommes que l’on s’attend à trouver non seulement pleins de zèle mais aussi très modestes, graves et recueillis…

Eugène leur rappelle encore le principe sur lequel il les incitait toujours dans leur vie Oblate: “être” pour mieux “faire”

La source de toute activité, le but de tout ministère, et la force de la persévérance ne vient que de leur vie communautaire en tant que religieux. La “Régularité” – comme pleine observance des Règles de vie – était l’“être” des Oblats duquel les pèlerins tireraient abondance de grâces.

Je vous en conjure, faites à ce sujet de très pressantes recommandations. Qu’il soit prouvé que le religieux, obligé de se livrer à un ministère extérieur, trouve dans l’habitude de la régularité qu’il a dû contracter dans l’intérieur de la communauté, une surabondance de grâces et un secours tels qu’il ne se démente pas et ne trompe pas l’attente des fidèles qui exige de lui plus que de tout autre dans l’action toute surnaturelle de son travail forcé

Lettre à Jean-Baptiste Mille, le 18 mai 1836, EO VIII n 571

“ÊTRE” de façon à “FAIRE” est pour nous tous un résumé de l’Évangile. Ceci n’est pas juste destiné aux Oblats seulement.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à “ÊTRE” EN COMMUNAUTE PASSE AVANT “FAIRE” LA MISSION

  1. Denyse Mostert dit :

    Lettre à Jean-Baptiste Mille, le 18 mai 1836

    À Notre-Dame-du-Laus, les Oblats se préparent à célébrer la fête de la Pentecôte. Au P. Jean-Baptiste Mille, Maître des Novices, Eugène de Mazenod rappelle sa conduite alors que les fidèles se font plus nombreux. En premier lieu que la communauté redouble de surveillance pour sauvegarder le climat de prière qui règne habituellement dans la communauté.

    C’est aussi l’occasion de rappeler que les Oblats doivent « être avant de faire ».

    Pour cela, donner une importance première à la Régularité, celle qui permet aux missionnaires se livrant à une activité extérieure à leur vie habituelle, de conserver le climat qu’ils vivent en communauté. Les fidèles comprendront sans illusion aucune toute la réalité de leur vocation .

    Pour appliquer cette recommandation, il va sans dire que seul un religieux exemplaire dans sa vie sera à même de témoigner fermement de la Régularité de vie en d’autres moments.

    Vice-versa, pourrions-nous affirmer pour les Associés et tous les chrétiens : nul ne peut être chrétien à l’église seulement sans se souvenir partout ailleurs de Jésus Christ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *