ET J’AI COMPRIS TOUT CE QUE L’ESPRIT DE DIEU A PU T’INSPIRER DANS CETTE CIRCONSTANCE

Le Père Casimir Aubert était le maître des novices au sanctuaire de Notre-Dame du Laus. Parce qu’il était bien jeune, Eugène avait, sur lui et sur son ministère, un œil de père. Deux des novices dont il avait la formation avaient fait leur oblation perpétuelle quelques jours auparavant.

Quelle consolante lettre, mon cher fils, que celle que je viens de recevoir de toi! Je me suis transporté en esprit dans votre sanctuaire et j’y ai compris tout ce que l’esprit de Dieu a pu t’inspirer dans cette circonstance. Il était juste que tu offrisses toi-même au Seigneur ceux que tu avais pris tant de peine de lui préparer. Dieu soit béni  de la confiance que te donnent leurs bonnes dispositions…

Lettre à Casimir Aubert, le 3 janvier 1836, EO VIII n 554

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à ET J’AI COMPRIS TOUT CE QUE L’ESPRIT DE DIEU A PU T’INSPIRER DANS CETTE CIRCONSTANCE

  1. Denyse Mostert dit :

    Lettre à Casimir Aubert, le 3 janvier 1836

    Le père Joseph Jérôme Casimir Aubert est né à Digne, dans les Basses-Alpes, le 30 septembre 181o. Faute de professeurs et selon l’usage d’alors, les scolastiques les plus avancés dans les études aidaient les plus jeunes. C’est ainsi que le scolastique Aubert enseigna la philosophie à Billens à partir de Pâques 1831 et le dogme au séminaire de Marseille pendant l’année scolaire 1832-1833.

    Tenant compte de son jeune âge, Eugène a pour lui, comme d’ailleurs pour les autres Oblats, un cœur de père. Le P. Aubert quant à lui, gouvernait son noviciat avec sagesse et bonté. Si on lui reprocha d’être porté à l’indulgence, il sut aussi être ferme au besoin. «Il préférait la qualité à la quantité» (*) Eugène ne craint pas de lui écrire : « Quelle consolante lettre, mon cher fils, que celle que je viens de recevoir de toi! »

    Ici, je me demande si le P. Aubert prenait la place d’un autre dans cette circonstance ou s’il était habituel que cette présentation soit faite par le Supérieur de la Maison. Quoi qu’il en soit, je ne peux qu’applaudir à Eugène de Mazenod, lui qui a toujours fait passer l’Esprit avant la lettre.

    Voici une largeur d’esprit bien évangélique à adopter car elle donne à chaque chose la place qui lui revient.

    https://www.omiworld.org/fr/lemma/aubert-joseph-jerome-casimir-fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *