EN PLAIDANT LA CAUSE D’EUGENE AUPRES DU ROI DE FRANCE ET DE LA REINE

Le père Hippolyte Guibert était allé à Paris chercher des fonds pour le séminaire en Corse et plaider la cause d’Eugène auprès du roi Louis Philippe. Le 11 août 1835, il écrivit au père Tempier pour l’informer de sa visite au roi. Guibert écrit:

J’ai donc dit qu’en passant à Marseille j’avais vu le vénérable évêque, de qui j’ai reçu l’imposition des mains, et que, sachant que je venais dans la capitale, ce vénérable vieillard m’expri­ mait la douleur qu’il éprouvait, sur le point de descendre au tombeau, à cause de la position de son neveu et des calomnies dont il était l’objet.»

Après que le supérieur d’Ajaccio eut achevé de plaider le cas de l’évêque d’Icosie, Louis Philippe répondit:

A la justification de l’évêque d’Icosie, présentée par le Supérieur, Louis-Philippe répondit « qu’il était très aise de ce que je lui disais et qu’il désirait avoir été trompé, et que dans tous les cas il était toujours prêt à tout oublier ». Ce premier point acquis, Guibert pousse ses avan­ tages, en rappelant « la fatale ordonnance qui privait de la qualité de Français un homme tel que l’évêque d’Icosie, qui est Français jusqu’au fond de l’âme. Alors, le roi m’a dit : « Savez-vous bien, monsieur l’abbé, qu’il a accepté un évêché in partïbus sans ma permission? — Oui, je le sais, Sire, mais j’assure Votre Majesté qu’on a agi en cela de bonne foi et dans l’ignorance du décret, et non par un autre motif. — Eh bien ! je crois ce que vous me dites là, a repris le roi. Du reste, je ne demande pas mieux que de rapporter cette ordonnance, mais il faut que cette affaire soit traitée dans les formes ordinaires. » Louis-Philippe conclut en déclarant qu’il verrait « de très bon œil les démarches qui tendront à ramener la bonne harmonie. C’est l’intérêt de la religion»’  Cité dans Leflon II p. 513

Une semaine plus tard, le père Guibert eut une audience avec la reine, rapportée dans Leflon II p. 514:

Le 17, la reine, à qui « le roi avait parlé de mes deux affaires », reçoit à son tour le Supérieur d’Ajaccio. Sur la première, Marie-Amélie passe très vite, en promettant « de s’occuper de notre chapelle », puis en arrive tout de suite à Mgr d’Icosie. Guibert reprend alors ses justifications, fait ressortir la valeur du prélat, « homme d’une haute capacité », et réclame la média­ tion de la souveraine, qui se montre « bonne et conciliante au delà de toute expression »

Le chemin de la réconciliation avait été commencé avec succès.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to EN PLAIDANT LA CAUSE D’EUGENE AUPRES DU ROI DE FRANCE ET DE LA REINE

  1. Denyse Mostert says:

    Voici l’histoire du P. Hippolyte Guibert, o.m.i. qui a contribué à la tombée de la sentence qui touchait Eugène de Mazenod. A Paris. à la recherche de fonds pour le séminaire d’Ajaccio, il plaide la cause de Mgr d’Icosie auprès du Roi et donne le compte-rendu de sa visite au P. Tempier.

    11 aoùt 1835, lettre du P. Guibert au P. Tempier.
    Il parle de sa rencontre à Marseille avec Mgr Fortuné de Mazenod et celui-ci lui confie sa douleur « à cause de la position de son neveu et des calomnies dont il était l’objet.» A la justification de l’évêque d’Icosie, Louis-Philippe répond « qu’il était très aise de ce que je lui disais et qu’il désirait avoir été trompé, et que dans tous les cas il était toujours prêt à tout oublier ». Vient ensuite une autre partie du dialogue avec Louis-Philippe au bout duquel le roi affirme » qu’il verrait « de très bon œil les démarches qui tendront à ramener la bonne harmonie. C’est l’intérêt de la religion».
    « Une semaine plus tard, le père Guibert eut une audience avec la reine, (Leflon II p. 514) qui se montre bonne et conciliante au delà de toute expression ».

    Que de l’espoir pour une réconciliation commencée avec un pareil succès ! Et bravo au P. Guibert pour la manière dont il a conduit les pourparlers en présentant l’Évêque d’Icosie comme un “homme de haute capacité” .

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *