NOUS METTIONS EN SÛRETÉ CEUX QUI NE POUVAIENT LEUR DONNER AUCUN SECOURS SPIRITUEL

 Nos frères novices n’étant pas encore en mesure d’offrir leur ministère aux pauvres fidèles frappés par l’épidémie, ma pensée était de les soustraire au danger en les faisant partir d’Aix pour les acheminer vers N.-D. du Laus. J’ai trouvé donc déplacé que le P. Courtès se soit avisé, sans me prévenir, d’exposer la vie de ces jeunes gens dont je réponds devant Dieu et devant les hommes, en leur imposant un service temporel dans les hôpitaux des cholériques. Personne n’eût eu la pensée de blâmer qu’en livrant tous nos prêtres au service des cholériques nous missions en sûreté ceux qui ne pouvaient leur donner aucun secours spirituel.

Lettre à Henri Tempier, le 25 juillet 1835, EO VIII n 526

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to NOUS METTIONS EN SÛRETÉ CEUX QUI NE POUVAIENT LEUR DONNER AUCUN SECOURS SPIRITUEL

  1. Denyse Mostert says:

    Lettre à Henri Tempier, le 25 juillet 1835

    Eugène de Mazennod poursuit sa lettre au P. Tempier demeuré à Aix-en-Provence. Il y défend fermement le projet de n’envoyer aucun novices sur les lieux de l’épidémie qui règne à Marseille alors qu’ils sont incapables encore d’apporter aux malades le service total des prêtres ordonnés.

    Tous n’apprécient pas l’idée, entre autre le P. Courtès se chargeant alors même d’envoyer du « service temporel dans les hôpitaux des cholériques. » La Congrégation des Oblats du 19e siècle peut être comparée à l’Église de 2019 aux membres clairsemés toutes les deux étant appelées à pailler la misère de tant d’êtres humains. Le bon sens veut que les secours arrivent dans l’immédiat avec le plus grand nombre de personnes dévouées aux malades.

    Combien en resteront vivants? Comment la Congrégation fera-t-elle face au nombre affaibli de ses religieux ? Question cruciale à laquelle seule la Foi pourra faire face. Nous le savons, Eugène et ses fils ont mis en priorité le service de Dieu et celui de son Église. Pour le reste, ils peuvent s’en rapporter à la Confiance en Dieu qui ne leur manquera jamais.

    Admirable Foi, pourrait-on dire que celle qui permet à tous de comprendre cette Volonté de Dieu respectant à la fois le don fait au Seigneur et le respect de la véritable humanité des enfants de Dieu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *