PASSONS DIRECTEMENT À NOTRE OBJECTIF PAR LA SIMPLICITÉ DE NOTRE MINISTÈRE

Les mois les plus beaux de l’année étaient les périodes où les missions paroissiales oblates ont été prêchées – surtout dans les villages ruraux où leshabitants étaient occupés au printemps, à l’été et à l’automne avec leurs récoltes. Bien qu’Eugène ne puisse pas participer directement à cesactivités, il était celui qui coordonnait le personnel et l’esprit des missions. Cela était particulièrement important car la majorité des Oblats étaienttrès jeunes. Plusieurs de ses lettres au début de 1835 traitent directement des missions.

Ce que vous me dites de l’effet produit par les sermons isolés donnés à Grenoble me confirme dans la disposition que j’ai toujours eue de détourner les nôtres de ce genre qui n’a jamais fait faire un acte d’amour de Dieu, moins encore produit une conversion.
Tenons-nous-en à nos missions, à nos retraites, à nos catéchismes, c’est par là que la grâce se communique aux âmes. Allons droit au but par la simplicité de notre ministère et laissons les vues humaines à ceux qui cherchent autre chose que Dieu.

Lettre au P. Bruno Guigues, 17 Janvier 1835, EO VIII n 502

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à PASSONS DIRECTEMENT À NOTRE OBJECTIF PAR LA SIMPLICITÉ DE NOTRE MINISTÈRE

  1. Denyse Mostert dit :

    Il est bon de savoir s’arrêter aux sermons à Grenoble mentionnés par Eugène. Il les qualifie de sermons « isolés » auxquels on peut penser qu’aucune suite n’était donnée et donc, que l’enthousiasme du moment s’émoussait plus souvent qu’à son tour. Eugène recommande à ses missionnaires de s’en tenir à une véritable mission conduisant avant tout à la conversion.

    « Tenons-nous-en à nos missions, à nos retraites, à nos catéchismes », écrit –il au P. Bruno Guigues. Les contacts avec les retraitants favorisent la confiance tandis que les exercices répétés ouvrent les chemins vers une conversion durable.
    Sachant la signification des gestes qu’ils posent, les gens expérimentent ainsi les bienfaits d’une vie évangélique rendant leurs existences d’autant plus faciles.

    On peut dire qu’il en est ainsi de la mission dans la vie quotidienne du chrétien. Sa religion, loin de s’arrêter à l’église, doit couvrir toute rencontre, tous nos faits et gestes, toutes paroles avec nos concitoyens. Non pas en discours grandiloquents mais par la simplicité de notre ministère qui sait montrer comme est simple et belle la loi du Seigneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *