EUGENE ET LA RÉSURRECTION: JE PARCOURAIS EN ESPRIT LES EGLISES DE TOUTE LA TERRE, OU AU MEME INSTANT ON FAISAIT RETENTIR LES VOUTES DES LOUANGES DU SAUVEUR RESSUSCITE

Je parcourais en esprit les églises de toute la terre, où au même instant on faisait retentir les voûtes des louanges du Sauveur ressuscité. 
J’étais à Aix, j’étais à Rome, j’étais à la Chine, partout j’y rencontrais les mêmes transports de joie pour le même sujet. Non content de ce concert de tous les chrétiens répandus sur la surface de la terre, je me hasardai de pénétrer jusqu’au ciel. Ah! je me persuadai bien vite que tout ce qui me charmait ici-bas n’était qu’un faible écho des chants d’allégresse, de l’inexprimable bonheur qui animait tous les bienheureux en ce jour que le Seigneur a fait. Oh! que le cœur d’un chrétien est grand, combien de choses il embrasse à la fois, il semble d’abord que la moindre consolation le remplit et qu’il est au moment de verser; point du tout, il est toujours capable d’en contenir davantage, au comble de la joie il en désire encore, mais cet insatiable ne sera satisfait que dans le ciel.

Lettre à sa mère, 4 avril 1809, EO XIV n 50

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à EUGENE ET LA RÉSURRECTION: JE PARCOURAIS EN ESPRIT LES EGLISES DE TOUTE LA TERRE, OU AU MEME INSTANT ON FAISAIT RETENTIR LES VOUTES DES LOUANGES DU SAUVEUR RESSUSCITE

  1. Denyse Mostert dit :

    L’ÉGLISE UNIVERSELLE…

    « Il est ressuscité ». Eugène est fils de cette Église universelle qui célèbre aujourd’hui son Sauveur. « J’étais à Aix, écrit-il, j’étais à Rome, j’étais à la Chine… partout j’y rencontrais les mêmes transports de joie».

    Non content d’avoir parcouru la terre, il évoque maintenant le séjour des élus. «L’inexprimable bonheur » qui les anime le ramène pourtant à Paul évoquant
    « l’écharde dans sa chair », cause de son tourment. À l’apôtre qui l’implore, le Seigneur répondra : « Ma grâce te suffit; ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse.»

    Rien n’est perdu de notre espérance. Comme Eugène, nous pouvons alors croire à la joie de la Résurrection et que rien ne se perd de notre Espérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *