IL RESTE À SAVOIR CE QUI S’EST PASSÉ OÙ VOUS ÊTES

Hier enfin, le “Constitutionnel” du 31 nous a fait connaître l’état des choses, par ce qu’il dit et par ce qu’il tait. Quelques lettres, adressées à des familles suisses, dont les parents sont au service de la France, ont confirmé une partie des récits du journaliste. Maintenant il nous reste à savoir ce qui se passe chez vous. Quoi qu’on puisse me dire ici, si on pensait à Marseille qu’il fût nécessaire que je retournasse, vous me le manderez. Mon mal n’est pas de ceux que le changement d’air peut guérir; mon cœur m’a assez fatigué dans la journée d’hier; je me porte bien d’ailleurs.

Lettre au P. Tempier, 4 août 1830, EO VII n. 352

La nouvelle est parvenue à Eugène en Suisse qu’il y a eu des révoltes, du saccage et de la destruction dans la résidence de l’Archevêque, à l’église de Saint Germain l’Auxerrois, au noviciat Jésuite et la destruction des croix des missions. Cela est le début de la persécution de l’Église comme l’évènement du 1789 et le règne de la terreur.  Est-ce l’alliance entre le Thrones et l’Autel que les Rois Bourbon ont restauré qui est en train d’être démolie? Est-ce que les Oblats seront persécutés?

La souffrance que vit Eugène d’être loin est palpable. D’une manière non réaliste, il cherchait à revenir en France, mais c’était évident qu’il était physiquement affaibli. Comme notre fondateur, il nous arrive d’être tiraillés entre les idéaux irréalisables et nos réalités situationnelles. Il s’est focalisé sur Dieu et nous appelle donc à faire de même.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to IL RESTE À SAVOIR CE QUI S’EST PASSÉ OÙ VOUS ÊTES

  1. Denyse Mostert says:

    Rien n’est nouveau sous le soleil. Eugène en prend et en laisse de ce qui se publie. «Hier enfin, écrit-il au P. Tempier, le “Constitutionnel” du 31 nous a fait connaître l’état des choses, par ce qu’il dit et par ce qu’il tait. » N’est-ce-pas ce qu’on appelle aujourd’hui la désinformation ? ¸

    Ce qui se passe sous la Monarchie de juillet ? « Louis-Philippe ne fut jamais populaire auprès des catholiques: il avait arraché la couronne à Charles X dans des circonstances qui avaient blessé profondément le sentiment religieux, témoin la profanation de l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, le sac de Paris et le bris des croix de mission un peu partout en France, sans excepter celles qui ne portaient aucun symbole légitimiste. » (*) Eugène peut se demander si « l’Alliance du trône et de l’autel, le nom donné par les républicains à la relation entre « d’une part, les monarchies catholiques de l’Europe, et d’autre part, la hiérarchie de l’Église catholique romaine », demeure valide. (**) Quel sort sera réservé aux Oblats ?

    Le fondateur aimerait retourner en France. Pour l’instant, il ne peut que prier, faire en sorte de recouvrer la santé et espérer. Pas si facile qu’il n’y paraît. C’est pourtant la meilleure façon de découvrir la conduite à apporter à des situations compliquées auxquelles il faut faire face.

    Nous revoici une fois de plus au « Voir, juger, agir » qui a servi de guide à une enquête ecclésiale d’il y a plusieurs années. Toujours dans l’optique du Dieu d’amour en qui nous croyons.

    (*)http://www.omiworld.org/fr/dictionary/dictionnaire-historique_vol-1_m/344/monarchie-de-juillet/
    (**)https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_du_tr%C3%B4ne_et_de_l%27autel

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *